comments 12

La magie du verbe a encore frappé : l’art délicat de la stéganographie

Il y a quelques semaines, un article parait dans Wired. Il traite d’une technique antique ayant recouvré par le hasard des réseaux sociaux une actualité brûlante : la stéganographie. Ce procédé consiste à dissimuler un message dans un message.

Relaté dans son Enquête par Hérodote au 5e siècle avant Jésus-Christ, le plus historique des exemples stéganographiques provient de Démarate – ancien roi de Sparte – alors que la Perse menace d’envahir la Grèce. Ayant pris connaissance du complot ourdissant, Démarate grave un message à l’intérieur de la cavité boisée qui accueille la cire des tablettes de l’époque. Une fois recouvert de cire, le message put transiter et les ennemis n’y virent que du feu.

Cette technique a été utilisée des tonnes de fois dans l’histoire. La note Wikipédia est à ce sujet bien renseignée.

NB : contrairement à la cryptographie dont les messages sont incompréhensibles sans le protocole de décodage, la stéganographie héberge un double sens au sein d’un sens premier tout à fait intelligible.

Si cette astuce est remise au goût du jour actuellement, c’est que certains chercheurs ont observé des cas sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook. Les scientifiques avancent une raison simple à ce redéploiement de e-ruse : l’arrivée des parents sur le social network.

Le cas cité par Wired fait référence à une jeune fille qui pour annoncer sa rupture sur Facebook, a posté la séquence musicale de La vie de Brian Always look on the bright side of life. Ce message portait deux significations principales :

  1. Le titre de la chanson visait à rassurer comme si de rien n’était la maman sur l’état mental de sa fillette,
  2. La scène des hommes crucifiés sous-entendait le malaise et la souffrance de la jeune fille vis-à-vis de ses amis au courant.

Si l’exemple de la revue est un peu tiré par les cheveux, l’emploi de la sténographie ne laisse – je l’espère – indifférent personne. Tout le monde a du employer au moins une fois dans sa vie des détours plus ou moins subtiles pour communiquer plusieurs choses à la fois (la prose rimbaldienne restant à ce jour l’emploi le plus expert).

C’est cool qu’il y ait un mot rien que pour raconter ça.

About these ads

12 Comments

  1. Olivier

    Quand je jure à vos pieds un éternel hommage
    Voulez-vous qu’inconscient je change de langage
    Vous avez su captiver les sentiments d’un coeur
    Que pour adorer forma le Créateur.
    Je vous aime et ma plume en délire.
    Couche sur le papier ce que je n’ose dire.
    Avec soin, de mes lignes, lisez les premiers mots
    Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

    Like

  2. Les carottes sont cuites… je répète… les carottes sont cuites

    Un procédé fréquemment utilisé dans les énigmes et dont je raffole ! Sometimes I feel like M. Jourdain…

    Like

  3. @Olivier : héhé, je préfère la première lettre de Sand, plus osée, (que je n’ai pas osé citer ici ;)), à la réponse de Musset

    Like

    • Olivier

      C’est moins leur contenu que l’énigme de leur authenticité qui m’ont poussé à ne pas les reproduire ici ;)

      Like

  4. Olivier

    Je suis assez fan de la technique du crâne rasé

    “un certain Histiée, voulant prendre contact secrètement avec son gendre, le tyran Aristagoras de Milet, choisit un esclave dévoué, lui rasa la tête, et y inscrivit le message à transmettre. Il attendit que ses cheveux repoussent pour l’envoyer à Aristagoras avec l’instruction de se faire raser le crâne”.

    Sinon que dire de l’utilisation de la stéganographie des logos, entre eastern eggs et legendes urbaines :

    L’ours dans Toblerone

    La flèche dans Fedex

    Le C de carrefour

    L’homme qui pisse chez Camel

    ou le KKK chez Malboro

    http://fr.wilogo.com/blog/2008/marlboro-le-saviez-vous/

    etc etc…

    Like

    • Jean

      Merci pour tous vos commentaires ! Je ne connaissais pas ce texte de Sand. On sent qu’elle est passée en Auvergne celle-là !

      Like

  5. Fi de tes vilenies sur ma région natale
    Un somptueux terroir, éloigné du Berry
    Ces mots bien trop faciles ne sont qu’une preuve bancale
    Kyrie eleison, retire ces infamies!

    Like

  6. Pingback: Tout est question d’usages #3 « Notre Lien Quotidien

  7. Pingback: 10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #85 « Notre Lien Quotidien

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s