comments 21

De l’immensément grand à l’immensément petit : en voyage au pays de l’infra-ordinaire

Par leur complexité, les memes autorisent une infinité de clef de lecture et c’est tant mieux. Par humilité, nous nous contenterons d’en livrer des analyses morcelées et partielles. Pas très holistique mais vous êtes prévenus, les termes du protocole sont transparents.

Au sein de l’immensité des normes, productions et échanges culturels online, une dimension fondamentale est curieusement absente des réflexions.

Ce que Serres appelle pantique (article immanquable) désigne une nouvelle vision du monde apportée par la technique : calculable, accessible, globale. Des outils tels que Worldometers, NationMaster ou le data catalog de la Banque Mondiale apportent un regard sur le monde inédit dans l’histoire. D’un coup d’oeil, on peut comprendre, lire et analyser l’activité terrienne, et ressentir un peu le même effet que lors de la première diffusion des images de la terre vue de l’espace.

Sous la strate poétique quasi-divine de cette vision englobante, affleurent les informations triviales : nombre de naissances, taille de la population active… Le divin cohabite avec l’ordinaire.

***

Comme le soulignait Georges Perec, si la logique des médias de masse a consacré l’extra-ordinaire (célébrités, accidents, insolites) au détriment de l’infra-ordinaire (certains ont d’ailleurs un projet à ce propos), ce dernier n’en demeure pas moins son pendant. L’un ne peut vivre sans l’autre.

Sur le web, le culte de l’amateur, l’atomisation des consommations et les nouvelles dynamiques communautaires ont affaiblit la culture de masse.

Si le net fait la part belle à l’extra-ordinaire (évènements sportifs, tsunamis, décès de célébrités….), il porte également la voix de l’infra-ordinaire, de mille manières différentes : angoisses exprimées sur les forums (auto-médication, anorexie, suicide…), conversations cosmétiques, petits challenges débiles (planking…), expression de satisfactions ordinaires…

Sur le web, le radar ratisse autant par le haut que par le bas, et c’est tout la hiérarchisation de la culture qui en prend en coup, sous la poésie réaliste et prévertienne des utilisateurs.

Comment ne pas s’extasier devant ces petits objets, dont le nouvel ordre infra-ordinaire mondial fait l’inventaire quotidien :

Le partage d'une expérience agaçante

La manifestation d'une satisfaction

Les souvenirs émus de l'enfance

Une manière rigolote de lire un panneau de signalisation

Une mauvaise habitude culinaire

Une interrogation liée à la conformité d'une situation

Comme le résume ces deux pie charts :

Le net est une fabuleuse source de normativité

Dire, c'est faire exister

Le net, où le très grand côtoie le très petit, l’extra comme l’infra, ré-institue par l’écriture ce que les médias de masse nous avaient caché.

Merci à Rémi, Pauline et Olivier pour l’inspiration de cette note.

About these ads

21 Comments

  1. L’infra-ordinaire, c’est un peu la longue traîne appliquée au champ de la culture en somme, et cela encore grâce à l’Internet !

    Like

    • Jean

      Je n’aurais pas dit mieux ! C’est exactement ça. La culture pyramidale est peut-être morte.

      Like

  2. Ce sujet correspond à peu près à une des 3 grandes logiques tendancielles déterminant nos relations aux écrans identifiées par Lypovetsky dans l’Ecran Global sous le terme de “multiplexité” : comment de plus en plus, à la faveur de l’individualisme, les écrans tendent à cartographier de façon de plus en plus exhaustive l’ensemble de l’expérience humaine jusque dans ses moindres replis.

    Like

  3. Pingback: Internet : temple de l’infra-ordinaire / Paperboyz.fr

  4. Vikos

    Des séries telles que Bref ou Norman fait des vidéos fonctionnent d’ailleurs sur le même registre

    Like

  5. Jean et Alexandre, vos deux articles sont vraiment bien. Merci à tous les deux d’avoir restitué et partagé des pensées de manière si limpide !

    Like

  6. Pingback: La dimension spatiale du contexte : quand les lieux nous influencent « Notre Lien Quotidien

  7. Pingback: Les trouvailles du Lien Quotidien en 2011 « Notre Lien Quotidien

  8. Pingback: L’utilité de la seconde main : donner un prix « Notre Lien Quotidien

  9. Pingback: L’utilité du marché de seconde main : créer une cote du quotidien « Notre Lien Quotidien

  10. Pingback: It’s the little things : les petits riens sont responsables de notre bonheur « Notre Lien Quotidien

  11. Pingback: Grognons en ligne : risques et opportunités pour les marques « Notre Lien Quotidien

  12. Pingback: Si l’extra-ordinaire et le nouvel ordinaire, comment gérer la gueule de bois normative? « Notre Lien Quotidien

  13. Pingback: Little Big Details : derrière chaque grosse idée, il y a une somme de petits trucs | Notre Lien Quotidien

  14. Pingback: Oui, la publicité est subliminale. Pourquoi les expériences de marque sont essentiellement invisibles. | Notre Lien Quotidien

  15. Pingback: How security terms coud foster creativity | NLQ

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s