Memento mori : les marques nous protègent-elles de la mort?

La consommation n’a jamais aussi bien porté son nom. Pas celle qui manipule les signes, celle qui brûle, étymologiquement.

La consommation consume, fait disparaître, tue, réduit en cendres.

Quelle ironie, aussi, de lire la preuve que les personnes matérialistes observent une forte connexion à leurs marques fétiches en cas d’angoisse de la mort.

Il se protège grâce à leur hantise.

Vanité des vanités, rien n’a décidément changé.

On ne loue pas assez l’intelligence de ce visuel mythique, employé de surcroît par un créateur de le nom évoque doublement l’éternel : Christian Dior.