10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #393

Bonjour et bonne rentrée !

1.The Wrecking Crew était un groupe musical de studio derrière plus de 150 chansons ayant appartenu au top 10 des plus grosses ventes dans les années 60 et 70.

2. Le marché de l’automobile électrique français s’est fortement développé durant l’occupation.

3. Le HiPPO ou le Highest Paid Person’s Opinion.

4. Somfy : Société d’outillage et mécanique du Faucigny.

5. 55 vélos sont repêchés chaque jour dans les canaux d’Amsterdam. Merci Olivier

6. Dernière mode des investisseurs de la Silicon Valley : les startups de comptabilisation des voitures sur les parking par satellite.

7. Les éditions « Pour les nuls » (for Dummies) comptent 2500 références.

8. Salope et salaud n’ont pas tout à fait la même étymologie. Salope dérive de sale et huppe (un oiseau réputé pour sa saleté). Salaud dérive directement de sale. Le féminin salaude existe mais il est rarement utilisé.

9. Baragouiner descend de barbare. Merci Clodie

10. L’art topiaire désigne l’art de tailler les haies dans un but décoratif. Merci Marion

Quartiers d’été

Notre Lien Quotidien prend une pause estivale.

Retour à la rentrée.

Merci pour votre fidélité.

Bisous

Le bon planneur est comme le bon assureur : son succès se mesure à son invisibilité

Contagious et Adobe ont récemment publié ce document synthétisant 10 belles stratégies de communication.

Si à première vue la lecture de cette présentation n’est pas époustouflante, elle renseigne un aspect fondamental de notre métier, que – spécialement nous les plannitos – nous avons parfois tendance à perdre de vue : une bonne stratégie doit être racontable de manière si simple qu’on ne se rend pas tout de suite compte de son génie.

Ca contrarie les gens qui aiment passer pour des schtroumpfs à lunettes en réunion mais la réalité d’une bonne stratégie, c’est que ta mère aurait pu la faire.

Le talent du planneur c’est de précipiter – métaphore issue de mes cours de physique/chimie – une stratégie à son essence pour embarquer les créatifs puis les clients dans un récit simple, évident et désirable.

A une cadence toujours plus élevée.

  • Tu es junior tu en fait 1 par mois.
  • Tu es sénior tu en fait 1 par semaine.
  • Tu es vieux tu en fait 1 par jour.

Les derniers mots des grandes personnalités sont toujours d’une simplicité hallucinante.

La sagesse c’est la simplicité.

Ma passion pour la chaine Youtube de l’INA

Ca faisait longtemps que je n’avais pas déclaré mon amour à une chaine Youtube. Ma dernière lubie n’a rien de très pointu puisqu’il s’agit de la chaine de l’INA.

Déclinée en une myriade de variantes (politique, Paris, humour, société, actu, clash tv, histoire, culture, sport, star…) elle ne déçoit jamais : tant du point de vue du contenu que de la recommandation.

Je ne saurais que trop vous la recommander, notamment pour prendre un peu de recul sur l’actualité.  Morceaux choisis.

Selon Forrester, les annonceurs devraient ré-allouer 19 Mds€ depuis la techno vers la créativité publicitaire dans les 6 prochaines années

Il y a quelques jours, je postais une conviction profonde, un peu clivante mais haut les coeurs : avec le digital, une marque a tout à perdre. Avec la publicité, elle a tout à gagner.

Cet article de Campaign India relatif à un panel ayant eu lieu à Cannes réunissant fait état d’un curieux paradoxe : alors que les annonceurs et les cabinets de conseil soutiennent le développement de l’expérience client (un truc flou qui désigne le parcours d’achat online ou offline), sa qualité perçue par les consommateurs n’a pas augmentée depuis 4 ans :

As a result, the CX or customer experience had stalled. Forrester numbers reveal that CX is flat for 4th year running and « zero brands in the study are rated as excellent ». In their enthusiasm to invest behind marketing technology, marketers have commoditised the brand and experience. […] Apps and services were designed using the same technology and built for the same devices, leading to a huge lack of differentiation.

Résultat : les agences créatives souffrent.

He said, we need creativity to make the difference. While the adtech and martech were growing at 11 per cent, agencies were growing at a mere two percent.

Enjeu : sous investir la techno et réinvestir la différenciation publicitaire, génératrice bien plus généreuse de retour sur investissement (facteur 11 pour les campagnes primées).

A fabriquer des marques génériques, les gens finiront par privilégier les MDD.

Le but des marques nationales n’est pas de faire le lit d’Amazon mais d’adapter leur savoir-faire à la nouvelle économie numérique.