10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #319

1.Les numéros de départements de l’Ile-de-France ont été récupéré en Algérie après sa prise d’indépendance.

2. Dans une salle de cinéma devant un film, les spectateurs clignent des yeux au même moment.

3. Les professions de santé ont adopté le blanc comme couleur de blouse au début du 20e siècle dans le cadre d’un repositionnement.

4. Le nom croque-mort ne vient pas de la légende urbaine selon laquelle les fossoyeurs croquaient les orteils des morts pour vérifier leur état mais du verbe croquer qui signifiait faire disparaitre.

5. Le wax est fabriqué en Hollande.

6. L’histoire de la ville fictive d’Algoe, créée pour vérifier la fraude chez les fabricants de cartes. Merci Etienne

7. Mario n’est plus plombier merci Ludovic

8. Le lauréat du prix Goncourt reçoit un chèque de 10 euros.

9. La Corée utilise le système d’âge asiatique : tout les gens nés la même année ont le même âge.

10. L’histoire de cette peinture de Michelangelo est l’histoire de sa rivalité avec Biagio Da Cesena. Merci Simon

La dernière étude Prosumer Havas montre que le féminisme gagnerait à se repositionner

A la faveur de la découverte du nouveau site de BETC, on découvre le dernier rapport Prosumer, sur le futur du genre.

De nombreux paradoxes y sont pointés, notamment celui de la régression de la perception de différence entre sexes sans pour autant voir le fossé salarial – entre mille autres variables – se réduire. Mis à part dans quelques pays émergents conservateurs, tout le monde – ou presque – concède que le genre est indissociable des compétences, que les enfants ne devraient pas être éduqués en fonction de leur genre, que les inégalités salariales sont odieuses. Pourtant, ces sujets progressent lentement.

Finalement, c’est le sujet du genre qui semble peser et poser problème. Est-ce que la fluidité du genre est la solution pour se libérer de ces discrimination profondément ancrées dans nos cultures ?

Face à cette situation archétypale du hiatus qui existe – souvent – entre comportement et attitude, changer de braquet est peut-être la solution.

On entend de plus en plus souvent – notamment dans les universités – qu’à laisser les gens décider de leur genre, on pourrait totalement dépasser le vieux clivage hommes/femmes (cf. cette université australienne ayant laissé ses étudiants se définir pour parvenir à un résultats de 57 genres différents).

Et si le genre était un débat aussi caduque que la gauche et la droite?

La plaquette commerciale d’Amazon Advertising est un condensé de ce qui existe en data marketing

Il est rare de partager de manière aussi brute un document commercial mais depuis le temps qu’on attendait l’arrivée d’Amazon sur le marché de la pub, voici leur plaquette commerciale.

Finalement rien de fou mais une offre cohérente et représentative du data marketing.

Pour ceux qui n’y comprennent rien ou qui s’y intéressent de loin, voici un bon aperçu des possibilités marketing offertes par la data. Il est naturellement plus aidé de délivrer du résultats dans un écosystème fermé et loggé mais voici la vision du cible du marché est la même à la différence qu’une DMP annonceur pourrait gérer toutes les DSP d’éditeurs du marché.

Salauds mais généreux : Talk at GS

Par manque de temps, voici un petit lien en taille mais riche en contenu : je viens de découvrir la plateforme Talk at Goldman Sachs.

La nature des conversations est loin d’être focalisée sur les stratégies financières mais plutôt sur les difficultés de la vie des managers : difficiles prises de risque, ressources humaines compliquées, problématiques de conseil d’administration.

Un autre regard sur les mythes modernes du marketing que sont les Netflix, HuffPo et autre Under Armour.

NLQ prend un petit congé. Retour le mercredi 20.

Bisous