Un micropoint sur le langage vernaculaire

Une note PSFK inspire ce post. Un chercheur travaille actuellement pour Lego afin de comprendre et analyser la manière dont les enfants nomment les briques multicolores. Il apparait en effet que dans chaque foyer propriétaire de Lego, les joueurs inventent un argot facilitant l’appellation de chaque brique, notamment lorsque les constructions sont collectives.

Cette pratique est une des nombreuses illustrations des jargons propres aux communautés : métiers, classes sociales, musiciens, etc. En linguistique, on les appelle des langages vernaculaires. A l’origine, cet adjectif qualifie les caractéristiques propres à un pays ou un groupe de personnes. In extenso, il recouvre également les dérivations de langage utilisées par des catégories de personnes.

Dans le fond, le langage vernaculaire observe un avantage majeur : il joue le rôle de ciment communautaire. Il permet d’identifier ses utilisateurs : untel est charpentier, untel est breton, untel est emo, untel est un nerd…

La capacité des briques Lego a créé du langage vernaculaire est évidemment intéressante, il y a peu de marques qui génèrent un tel effort intellectuel. Certaines parviennent bien à intégrer des gimmicks langagiers dans la vie de tous les jours (« la vie est une question de priorité, « what else? », etc.) mais peu induisent la création non imposée d’un jargon vernaculaire, clef d’entrée cruciale à la dimension communautaire d’une marque.

Pour la blague, on peut évoquer le klingon, la langue de Star Trek, dont il existe quelques locuteurs fans (quelques uns ont même essayé de l’inculquer naturellement à leurs enfants ou en faire des pubs…).

Pour terminer, il est difficile de passer à côté du langage vernaculaire geek (cf. image d’en-tête), mix d’anglais et de SMS mélangé à la sauce gaming. En voici une sélection de choix :

Verra-t-on des marques tenter de créer des langages vernaculaires? Des tentatives ont sans doute été lancées mais jusqu’à preuve du contraire, elles ont du être marginales…

Source : PSFK

11 réflexions sur « Un micropoint sur le langage vernaculaire »

  1. Langage Geek ? Mmmh je crois qu’il y a méprise : le LOLCAT n’a rien à voir avec le geek. C’est seulement un meme, et ce langage est supposé être celui d’un chat, s’il parlait. Un espèce d’anglais paresseux et hautain, appris à la va-vite. Attention aux raccourcis !

    Bon article, BTW 😉

    J'aime

    1. Tout dépend de ta définition du geek… Penses-tu au nerd programmeur ou aux geeks au sens propre (ie. des passionnés obsessionnels d’un sujet donné) ? Dans le langage courant, le terme geek est d’ailleurs en train de revêtir son acceptation initiale. (cf. notre veille : http://nekid.fr/?p=454)

      On qualifie à loisir une pratique un peu étrange comme « geek », sans se soucier de son lien au domaine de l’informatique.

      Désolé toutefois d’avoir été un peu approximatif. Je ne me lasse jamais de la richesse des échanges autorisés par le 2.0

      Au plaisir de te lire

      J'aime

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s