Un point sur le Chief Cultural Officer

Ça n’a pas échappé à votre esprit de veille permanente. Un débat anime la communauté anglo-saxonne depuis quelques semaines, suite à la sortie de l’ouvrage Chief Cultural Officer de Grant McCracken. Ce petit livre explique le rôle de la culture dans les organisations.

Grant y explique comment les cultures façonnent notre manière de concevoir et voir le monde à travers des symboles et des signes. Pour une vision enrichie de sa théorie, rendez-vous sur l’excellente note de Julien Ortega.

Les mutations politiques, sociales et environnementales autorisées et décuplées par l’instantanéité numérique favorisent le sentiment de changement rapide. Qu’il soit perçu ou effectif, les tendances, les usages et les bouleversements socioculturels nécessitent un spécialiste capable de vulgariser et décrypter le contexte.

Une sorte d’hybridation entre :

  • Un anthropologue pour la compréhension des hommes, des espaces, des échanges en entreprise,
  • Un sociologue pour la compréhension des mécaniques sociales régissant les interactions humaines,
  • Un historien pour la compréhension de l’époque à la lumière du passé,
  • Un DSi pour la compréhension des nouvelles technologies et leurs implications dans les organisations,
  • Un juriste pour la compréhension du cadre juridique hétérogène entre les pays, les cultures, les entreprises, les nouvelles technologies (le web est encore un espace de non-droit)…
  • Un psychologue pour la compréhension et le suivi des personnalités, assujetti à des profonds bouleversements, ne serait-ce que vis à vis de l’hyper-connexion (le syndrome du crackberry floute les frontières entre vie professionnelle et vie privée)
  • Un tendançeur pour la vulgarisation de choses compliquées,
  • Un gourou pour la motivation et la vision

Le CCO, c’est le type qui rassure les parties prenantes d’une entreprise, qui définit le cadre stratégique de développement d’une boite, qui fait le pont entre la jungle du monde et le petit univers confiné des companies.

Une fonction qu’on aimerait voir apparaitre sérieusement dans les années à venir.

Pour une définition plus complète, voici une interview de Grant résumant son point de vue :

3 thoughts on “Un point sur le Chief Cultural Officer”

    1. La question du sens est également passionnante. Moins de politique, moins de religion, moins de valeurs traditionnelles. Comment aider les gens à avoir un but ou un cadre rassurant? Je ne sais pas si les CCO peuvent y remédier mais leur apport doit au moins éclairer les salariés. La question de la culture et du sens risque d’occuper les esprits encore longtemps… Heureusement, nous ne sommes pas les seuls à nous interroger :

      Like

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s