Un concept puissant : l’obliquity

Relayé par le blog de Mother, le nouveau bouquin de l’économiste John Kay parle de l’obliquity, une théorie selon laquelle la meilleure manière d’atteindre ses objectifs et de ne pas les poursuivre.

L’exemple qu’il cite est le bonheur : on le ressent plus facilement en s’accomplissant dans la vie professionnelle ou personnelle qu’en le recherchant dans l’absolu. Le bonheur est un résultat, non une quête (pour le plaisir, cette conférence TED de Dan Gilbert ajoute à la quête du bonheur un éclairage darwiniste : l’homme est programmé pour être heureux, quelque soit sa situation, sans quoi, nous aurions sans doute déjà disparu du globe…)

John Kay y connecte ces nouvelles tendances corporate utilisées par quelques boites innovantes (Patagonia, Burton, Google…) pour aider les salariés à se sentir bien : investissements dans des causes humanitaires, temps libre dédiés à des travaux personnels, responsabilité sociale, etc. (on en parlait déjà dans la note consacrée à l’éthonomique). L’idée sous-jacente est de s’épanouir dans le travail au travers des projets parallèles.

Autre idée à lier à l’obliquity : les stratégies obliques, un jeu de créativité inventé par Brian Eno.

Le principe de cet exercice est simple : prenez un jeu de 100 cartes sur lesquelles est écrit une petite maxime (cf. image). Chaque matin, vous tirez une carte et l’aphorisme qu’elle vous enseigne doit être le précepte qui guidera votre manière de réfléchir pour le jour à venir. (plus d’infos ici).

Liée à la sérendipité, les stratégies obliques permettent de focaliser l’attention d’un sujet sur un comportement, une attitude, un défi ou une action à réaliser afin de l’aider à se laisser surprendre par ce qui peut arriver à côté pendant ce temps là.

NB : la technique de défocalisation des contraintes quotidiennes guide à peu prés 99% des méthodes de créativité… Voilà ce qu’on appelle le lateral thinking.

En clair, pour vivre heureux, vivez occupé.

Laissons le dernier mot à John Lennon et sa chanson Beautiful Boy, élégamment quoté par Mother : “Life is what happens when you’re busy making plans”

6 thoughts on “Un concept puissant : l’obliquity”

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s