Economies d’échelle et faire valoir

LVMH est actionnaire de 3 marques de prêt-à-porter féminines : Claudie Pierlot, Maje, Sandro. Le groupe va ouvrir des boutiques partagées entre les 3 marques, ou des petits grands magasins comme les appelle l’oeil Laser.

Cette tactique permet de réaliser des économies d’échelle substantielles en diminuant les coûts de l’immobilier, tout en créant un effet de halo bien profitable à chacune de ces marques.

Maje et Sandro, avatars de la fast fashion made in sentier, se nourrissent de l’historicité de Claudie Pierlot tandis que cette dernière se refait une jeunesse et remplume son coefficient parisien.

Une double aubaine, matérielle et immatérielle, pour LVMH.

Le fleuron français est-il parti à la chasse aux économies suite à sa prise de participation dans Hermès?

2 thoughts on “Economies d’échelle et faire valoir”

    1. Dt la communication de l’une d’entre elle s’inspire curieusement de cet esprit de famille.

      Like

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s