Hommage au Boombox : une révolution appelée mobilité

Un article du New-York Times était récemment consacré aux travaux de Lyle Owerko sur le Boombox, ces gros radio-cassettes (aussi appelés ghetto blasters ou Brixton briefcases) emblématiques du Bronx des années 80.

Outre sa récente recrudescence liée à la vogue du low-tech et de la technostalgie, le boombox fut une double révolution du contenant et du contenu.

Révolution du contenant, via sa mobilité. Alimenté par des piles, le boombox est nomade. Il permet d’improviser des soirées ou des fêtes à n’importe quel moment de la journée, en n’importe quel lieu.

Le développement du hip-hop (et des ses champs d’expression périphérique : danse, peinture…) doit beaucoup au caractère nomade du BB. Les platines de Kool Herc, un des premiers DJ hip-hop, étaient posées dans la rue mais reliées à des câbles, voire à des batteries de voiture. Le BB n’en a pas besoin.

Révolution du contenu via les cassettes. Facile à échanger, à enregistrer, à ré-utiliser, à rembobiner/avancer, la cassette audio a libéré la musique. Le principe de la mixtape (n’importe qui devient éditeur et DJ) demeure très présent – sous forme de disque ou de compilation numérique – à l’époque de la génération artisan.

En clair, pas de It’s like that de Run DMC et Jason Nevins sans boombox.

Pour aller regarder The Boombox Projet, c’est par ici.

[MàJ] : drôle de coïncidence que de tomber ce matin sur cette horreur – pourtant parfaitement en ligne avec cette note – de  Julian Casablancas.

6 réflexions sur « Hommage au Boombox : une révolution appelée mobilité »

  1. T’as raison ce mec se la pète un peu trop mais faut avouer qu’à retenir un projet ce serais celui de l’ordi pour pauvre! (à mon que ce ne soit pas lui!)
    …en fait c’est une radio enceinte portab’ mais la référence est que cette enceinte à pour packaging un dessin de boombox avec la mention « avant » et et à l’intérieur il y a écrit « maintenant ». Ca parle tout seul et ca décris pas mal l’ambition du larron quant à l’objet qu’il a créer!!! Je ne crois pas que le côté luxueux de l’objet soit à propos, m’enfin cela m’a fait rire et j’ai pensé à ton poste!

    J'aime

    1. C’est vrai que l’idée de figurer un avant/aprés sur un packaging est amusant, quoi qu’un peu prétentieux. Toutefois, c’est une mécanique publicitaire vieille comme le monde.
      A propos du projet One Laptop Per Children, Behar a dessiné l’objet mais ce n’est pas lui qui est à l’origine du projet, c’est Negroponte et le MIT.

      Merci pr les commentaires

      J'aime

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s