La culture et la langue : la magie des données a parlé

Amusant comme cette étude corrobore des observations empiriques. Deux chercheurs de l’université d’Austin au Texas ont mené une expérience sur le vocabulaire amoureux. Ce travail a permis de démontrer que les personnes utilisant un registre de langage similaire ont plus de chances de se plaire.

Evident quand on se réfère à des travaux de sciences humaines (pensons pas exemple à la reproduction sociale par Bourdieu), ces résultats apportent une preuve quantitative de ce que les sciences n’avaient jusqu’à présent pu prouver que de manière qualitative.

Voilà une des merveilles de notre époque.

Au fur et à mesure que le temps passe, sciences dures et sciences molles convergent pour s’enrichir mutuellement et pourquoi pas demain abolir la frontière qui les sépare.

Le web des données devraient continuer à fournir les statistiques nécessaires à la validation/invalidation d’observations de terrain.

1 thought on “La culture et la langue : la magie des données a parlé”

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s