Cracher un bon coup sur le neuromarketing fait-il apparaître des zones rouges et bleues dans notre cerveau?

Plus ça va, moins on comprend comment est-ce que certains annonceurs puissent investir dans un domaine de recherche aussi fantaisiste que le neuromarketing.

Dans le meilleur des mondes, on pourrait se contenter de rigoler de ces quelques pionniers qui ont essayé de berner l’opinion publique. On pourrait même presque regretter cette époque reculée où les gens pensaient que les publicités manipulaient l’esprit des gens.

On pourrait oui, mais il semblerait que la hype du neuromarketing ait du mal à prendre le large.

Advertising Age lui ayant consacré un large article il y a quelques jours, c’est l’occasion de démystifier de bon coeur cette vaste blague.

On fait du boire un Coca et un Pepsi à des personnes bardées d’électrodes. Certaines zones cérébrales s’éclairent… Et donc?

Sottise #1 : vendre des observations. C’est quoi une observation? Quelle valeur possède une observation? A peu près aucune, dans la mesure où il est impossible d’en faire une analyse significative. C’est un peu comme si le Credoc vendait une étude des comportements et attitudes des Français à partir d’un cliché photographique pris un mercredi à Montargis.

Idiotie #2 : faire l’hypothèse qu’une réaction observée puisse être exploitée à rebours, ie. transformer une conséquence en cause et expliquer aux marques comment stimuler telle ou telle zone cérébrale.

Bêtise #3 : quel scientifique honnête peut oser faire l’hypothèse qu’une réaction cérébrale est le fruit d’un stimuli publicitaire ? C’est quoi un stimulus publicitaire au fait ? Qui sait exactement ce qui se passe dans un cerveau en cas de réception d’une information forcément complexe? Un peu de sérieux tout de même.

Connerie #4 : tout est question de contexte. Quelle est l’utilité de faire des études en labo alors qu’on sait pertinemment que cet environnement est radicalement différent de celui dans lequel le consommateur moyen évolue au quotidien?

Mambo #5 : le marketing peut être une science… Une assertion certes implicite mais tout de même ancrée dans l’imaginaire du neuromarketing.

La liste pourrait être infinie tant cette fumisterie fume, depuis beaucoup trop de temps déjà (cf. veille ci-dessous) :

***

Le neuromarketing est moins intéressant comme domaine d’étude que comme objet d’étude. Par quelle magie est-ce que cette idée fait son chemin ? Comment peut-on lui accorder du crédit ou de la considération?

Le neuromarketing est un splendide cas de rumeur, reposant sur un imaginaire partagé. Peu importe qu’il soit vrai ou faux, la vérité est ailleurs.

Je vous invite à relire la veille de Né Kid consacrée aux rumeurs, ou cet article amusant donnant quelques riches astuces pour les fans de la mauvaise foi.

6 réflexions sur « Cracher un bon coup sur le neuromarketing fait-il apparaître des zones rouges et bleues dans notre cerveau? »

  1. Quelle bonne trouvaille que cette histoire de neuromarketing. Non pour célébrer l’avènement d’une science mais bien l’émergence d’une nouvelle imposture.

    En effet les soi-disant neurosciences nous sont de plus servies à toutes les sauces, pour nous raconter des fables (l’histoire du cerveau gauche/cerveau droit,le cerveau des Japonnais…) qui ne sont que fausses preuves scientifiques pour appuyer des discours idéologiques.

    De mes explorations, il y a quinze ans, sur les neurosciences, j’ai surtout retenu que l’on ne comprenait pas grand chose, que nos outils conceptuels étaient bien limités et que du neurotransmetteur au symbole il y a encore beaucoup de chemin de faire.

    Bien sûr les recherches progressent et sont intéressantes; mais elles sont loin d’être si limpides et passées à la moulinette du neuromarketing, elles perdent leur statut d’hypothèses scientifiques pour devenir de l’argument publicitaire pour des idées.

    J'aime

  2. Votre analyse est intéressante, mais aux faits avancés par les tenants du neuromarketing, vous opposez d’autres faits, contraires. Cela aboutit à une opposition de faits, qui ne peut aboutir qu’à une chose : chacun campe dans ses positions. Match nul. Une histoire aurait été plus efficace pour appuyer votre propos.

    J'aime

    1. Quels faits vous froissent? A quelle histoire faites-vous allusion? Merci pour votre commentaire, j’aimerais en savoir plus

      J'aime

  3. Je propose que vous veniez constatez comment on travail, également comment chaque jour des milliers de scientifiques à travers le monde utilisent les mêmes outils que nous, ils travaillent par aileurs main dans la main avec nous et nosu utilisosn le smême paradigme, outils, logiciel, façon d’analyser… Dans mon activité avec l’Uinversité nous étudions les zones du cerveau impliquées dans la reconnnaissance des visages ou des objets, laisées chez certains patients, dans ma société ces même zones nous permetent de donner un feed back sur un visuel contenant un visage. il n’y a en effet pas de buy button et chaque décision fait intervenir tout le cerveau, organe massivement en réseau, le décodage est donc très compliqué et sera toujours partiel, mais on avance. Alors que l’expérei,ce Coca contre Pepsi n’aie pas beaucoup de sens, pourquoi pas, … mais vous devriez meiux vous renseigner , et lire Science, Nature, Dehaene, Damasio, Changeux plutot que advertising Age!

    Venez passer une séance de fMRI, vous recevrez en plus les jolies coupes de votre cerveau, des images hein, par souci d’éthique un neuroradiologue, un type qui a fait 9 d’études universitaire vérifient toute les coupe de votre cerveau pour vérifier qu’il n’ya n’y tumeur ni anévrisme…! mais peut être que les tumeurs ca non plus vous n’y croyez pas!

    Arnaud
    Directeur de Brain Impact

    J'aime

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s