Le graffiti minimaliste de Katie Sokol racontent la poésie de la perception du monde

Après les très beaux exemples de l’eau du robinet et les céréales précieuses et les baby carottes, voici les travaux de l’artiste Katie Sokol, dénichés sur le blog de Geoffrey Dorne.

Créatrice de mini graffitis (à base d’étiquettes ordinaires), la jeune femme a parfaitement intégré la capacité d’un objet à forcer le regard et modifier la perception (cf. cette photo de graines de donuts…).

Comme cela rendrait les prix cools pour les marques !

2 thoughts on “Le graffiti minimaliste de Katie Sokol racontent la poésie de la perception du monde”

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s