Pourquoi l’ordinateur n’est pas prêt de substituer l’homme : l’exemple d’Internet Movie Database

Un ordinateur est incapable de détecter la référence cinématographique présente dans cette image sans l'aide de l'homme

En matière d’intelligence artificielle, il est des horizons que nous ne sommes pas prêts d’atteindre. Si certains prédisent un basculement dans quelques dizaines d’années (la singularité de Raymond Kurzweil, voir présentation ci-dessous), les machines actuelles calculent et automatisent sans comprendre ce qu’elles font.

Tout est question de croyance – respectons les technoprophètes – mais le jour où la machine sera douée de facultés d’introspection n’est pas arrivé. Si les résultats de Google proposent des suggestions automatiques stupides et que les smileys ne suffisent pas à éviter les malentendus dans une chatroom, c’est tant mieux : l’émotion est difficile à communiquer, encore plus via medium unique.

Par voie de conséquence, si la communication humaine n’arrive pas à outrepasser la problématique des ambiguïtés, comment un ordinateur pourrait-il y parvenir dans la mesure où ses programmateurs en sont eux-mêmes incapables?

C’est pour cette raison que certaines tâches sont condamnées au crowdsourcing (une politesse sémantique qualifiant le cyber Lumpenproletariat) : le classement des photos par tonalité chromatique, la reconnaissance faciale d’image, le décodage de certaine textes (cf. les captchas) etc. le tout organisé par les nouveaux industriels du web que sont Amazon (cf. Mechanikal Turk) et consort.

Cette introduction un peu longue vise à présenter une fonctionnalité proposée par Internet Movie Data Base : le détecteur de références cinématographiques. S’il est une fonction impossible à remplir par des machines, c’est bien celle-ci. Seul l’intelligence humaine est capable de produire ce type d’information (ce qui est rassurant sur le sort de notre corps humain low-tech) qui puise sa richesse dans l’intelligence collective.

Bien vu, même si cela manque un peu de détails pour le moment.

Pour memo, voici la veille de Né Kid consacrée à la singularité :

6 réflexions sur « Pourquoi l’ordinateur n’est pas prêt de substituer l’homme : l’exemple d’Internet Movie Database »

  1. A long terme, je ne m’empêche pas de penser que l’ordinateur pourra détecter les références 🙂 (pour s’en convaincre voir la capacité de l’IBM a jeoparty).

    Néanmoins pour celui qui est intéresse par le cinema et l’intelligence artificielle, je ne peux que recommander les différents articles concernant le(s) netflix challenge sur le NYT (en autres) concernant l’amélioration du moteur de recommandation, et entre autre le « Napoléon Dynamite issue » 🙂

    http://www.nytimes.com/2008/11/23/magazine/23Netflix-t.html?pagewanted=all

    J'aime

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s