La « paternalisme bienveillant » des nudges

Nudge est le titre d’un essai d’économie comportementale co-rédigé par Richaed Thaler et Cass Sunstein, publié en 2009. Il présente un concept tout à fait séduisant : le nudge.

Signifiant coup de coude dans la langue de Shakespeare, le nudge désigne au sens figuré un élément matériel ou immatériel visant à orienter une décision.

Un nudge permet donc de faire agir les gens dans une direction plutôt qu’une autre. Il existe de multiples formes de nudges :

  • La forme d’un objet ou sa position dans un rayon (cf. pensez aux bonbons près des caisses)
  • Une couleur, un support, un message (un panneau triangulaire jaune a plus de chance de vous rendre prudent qu’audacieux)
  • Un son, une intonation de voix…

Exemple frappant cité dans un édito de L’Express de la semaine dernière : collez un autocollant représentant une mouche au fond des urinoirs masculins et ces messieurs ne pourront s’empêcher d’essayer de la viser, réduisant les frais de nettoyage des sanitaires de 80% (cette expérience a été menée dans plusieurs municipalités).

Qu’importe sa forme, le nudge est d’abord là pour influer nos comportements.

C’est le point développé dans l’ouvrage par les deux chercheurs américains. Si les nudges sont capables d’influer sur notre conduite, pourquoi les gouvernements ne devraient pas les utiliser pour améliorer nos quotidiens ?

Ce qui est vrai pour la réduction des souillures aux toilettes l’est également pour une infinité d’autres applications :

  • La réduction de la vitesse sur la route (pensez aux mannequins signalant les décès advenus dans certains virages),
  • La diminution des dépenses énergétiques (certaines sociétés planchent déjà sur des systèmes de smileys domestiques indiquant lorsque nous gaspillons de l’électricité),
  • L’augmentation du recyclage des déchets
  • La baisse des arrêts maladie au travail
  • Etc., etc.

Cette synthèse audacieuse d’économie comportementale, de psychologie sociale et d’anthropologie baptisée « paternalisme bienveillant » (voir à ce sujet une excellente synthèse de l’ouvrage ici) ou « paternalisme libéral » souhaite mettre au profit son soft power au service de l’humanité.

A utiliser avec modération évidemment (n’est-ce pas messieurs les marketeurs?).

Pour aller plus loin : une interview d’un des auteurs, le blog lié à l’ouvrage ainsi que sa page Wikipedia.

12 réflexions sur “La « paternalisme bienveillant » des nudges

    1. 🙂 Merci pour ce « nudge commentaire », désormais j’écrirais en pensant à ce que les gens vont me répondre. Je suis transformè

      J'aime

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s