Google+ et social search : redéfinition des accointances et performativités individuelles

Google+ a été lancé il y a quelques semaines. Face à plusieurs couacs passés (Wave, Buzz, etc.), le géant californien a changé de stratégie de communication en se présentant comme le “nouveau Facebook”. Résultat : les gens se sont rués sur la plateforme (un appât stupide mais efficace quand on voit à quoi ressemble aujourd’hui Facebook, très inspiré de Wave).

1 mois plus tard, Google feint de s’étonner : 83% de profils sont inactifs. Le site sort de bêta malgré tout, comme si de rien n’était. Comment expliquer ce qui ressemble à un nouvel échec?

Le recrutement de Google+ a fait preuve de tactique. Google+ n’a rien à voir avec un social network. Google+ propose du social search et doit affiner les résultats de recherche en fonction de nos cercles. Ex :

  • Filtrer les requêtes “DVD” ou “livres” avec notre cercle d’amis,
  • Filtrer les requêtes “professionnelles” avec notre cercle de “relations professionnelles”,
  • Filtrer les requêtes “académiques” avec notre cercle de “camarades de promotion”.

Voilà à G+ sert. Affiner le search, affiner et améliorer les propositions publicitaires. Stop. Tout le reste (chat, vidéo, etc.) c’est du décorum.

Problème : la définition de nos “cercles sociaux” ne reflète pas les besoins d’expertises exprimés dans nos requêtes. Tous mes amis ne sont pas forts en bricolage, mes relations professionnelles sont inégalement compétentes sur certains sujets, je ne partage pas les même goûts littéraires avec tous les membres de ma famille.

Or, Google+ doit justement affiner les résultats de nos recherches en fonction de nos connaissances (un produit/service étant plus cliqué/acheté/aimé lorsqu’il a été recommandé par un pair, règle N°1 de l’économie de la recommandation).

Que va-t-il se passer?

Nous allons redéfinir nos cercles en fonction des champs de compétences de chacun. Si mes références cinématographiques proviennent d’un cousin, d’un collègue et d’un copain de classe, je créerai un cercle ad hoc pour filtrer mes requêtes cinéma. Idem pour la littérature, le christianisme ou l’automobile. Mes recherches Google ressembleront plutôt à :

  • Filtrer les requêtes “recettes de cuisine” avec le cercle “gens fort en cuisine”,
  • Filtrer les requêtes “pénétration smartphone France” avec le cercle “relations professionnelles” ou “copains qui bossent en agences médias”,
  • Filtrer les requêtes “achat réflexe numérique” avec le cercle “forts en photos”.

Quelles conséquences au quotidien?

Le triomphe de l’expertise et de la spécialisation, de l’individu performatif.

Quelles postures devront adopter les marques pour accompagner cette potentielle montée en puissance de l’individu? Un mouvement de passivité assumée va-t-il parallèlement se mettre en place?

Réponse à venir…

4 thoughts on “Google+ et social search : redéfinition des accointances et performativités individuelles”

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s