Le ressac technologique : quand les machines Nespresso nous raconte le règne sarkozien

Dans le tourbillon permanent de l’innovation technique (conférant parfois de l’injonction), il y a peu de place pour le ressac technologique.

Ce phénomène désigne l’abandon d’une technologie récente au bénéfice d’une plus ancienne mais éprouvée.

Nous avons tous en tête l’image d’une vieille calculette qui traîne sur les bureaux ou de la cafetière filtre ayant repris ses droits sur la Nespresso, récemment délaissée.

Tout comme il existe plusieurs formes de ressacs (du rejet temporaire à l’abandon total en passant par la cohabitation), il n’y pas une mais plusieurs explications du phénomène : l’innovation ne tient pas ses promesses, on se rend compte que l’outil substitué n’était finalement pas si mal, la nouveauté génère un corollaire inattendu, l’environnement change, la tendance s’inverse

Comment expliquer le retour en grâce de certains titres papier, des cartes postales ou des agences de voyage brick and mortar?

Le progrès n’est pas toujours là où on l’attend. Derrière la beauté efficace d’une machine Nespresso, il y a des règles anti-concurrence d’un autre âge, une vision environnementale catastrophique, un reliquat statutaire suranné.

Les métiers du marketing et de la com sont pourtant bien placés pour en témoigner : le progrès est populaire. Il n’est pas de succès sans pertinence, sans affordance, sans plébiscite. Si le digital a bien amplifié un phénomène, c’est celui de la route bottom-up de l’innovation.

Le progrès vient d’en bas, pas d’en haut.

4 thoughts on “Le ressac technologique : quand les machines Nespresso nous raconte le règne sarkozien”

  1. Une réflexion / insight très vraie. Sur l’exemple Nespresso, je te rejoins sur l’ensemble des points évoqués (environnement, capsules etc..), pour autant, le business modèle reste un succès.
    Si le statut se perd un peu, il a laissé place à une “image de qualité”, de “valeur sure”. Disons que Nespresso est devenu une valeur refuge à minimat et non une distinction “de classe”. Aujourd’hui, la distinction se voit plutôt dans des machines plus complexes (tels DeLongi etc..) capables de moudre le café. (Retour au produit brut)

    Sur un ton plus anecdotique, t’as capture d’écran montrant la revente de machine tient sans doute fortement au renouvellement du matériel tant les petites Nespresso “dysfonctionne” vite…

    Like

    1. Business model efficace oui, mais décevant à moyen terme. Je persiste, dans 10 ans, Nespresso sera considéré comme le reflet d’une “époque”.

      Like

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s