Les vices opaques de la transparence

Dans l’industrie pharmaceutique, les tabous tombent petit à petit. Certains sont condamnés incitant d’autres à adopter une démarche plus transparente.

Problème pointé par Dan Ariely à ce sujet : si la transparence a des vertus, elle n’est pas dépourvue de défauts.

Le premier, suivant le dicton “faute avouée est à moitié pardonnée” montre qu’une entité (physique ou morale) qui révèle des informations sur son activité se trouve psychologiquement soulagé d’un fardeau, ce qui a tendance à stimuler l’action en question plutôt que de la ralentir (le jour où votre mère a appris que vous fumiez, il y a peu de chance que vous ayez ralenti votre consommation).

Secundo, les personnes auxquelles sont adressées les informations transparentes n’en font généralement pas grand chose. La politique durable de Danone ou de GE a-t-elle favorisé leur part de marché? Pas sûr.

La transparence est plus opaque qu’on le croit.

1 thought on “Les vices opaques de la transparence”

  1. Luckymaniac dit :Sympa le retour, en effet c est une surpirse, moi je m attendais au fameux Dead Space ^^Et hum le flingue c est un vrai ? xD

    Like

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s