Quand une photo de nous ne nous plait pas, c’est quelle se trouve dans l’uncanny valley

La théorie du vendredi nous vient du photographe James Duncan, portraitiste attitré des conférences TED. Selon lui, il existe une explication assez simple au fait que dans la plupart des cas, nous jugeons nos portraits ratés.

Si nous estimons qu’un cliché ne nous ressemble pas, c’est qu’il ne correspond pas à l’image que nous avons de nous. L’image que nous avons de nous est très personnelle puisqu’elle consiste en un mix entre notre reflet de miroir inversé mâtiné des quelques images d’identité auxquelles nous sommes habitués (ex : votre photo d’ID sur votre passeport, votre avatar Twitter…).

Une photo de nous qui ne nous plait pas ne correspond juste pas à l’image que nous avons de nous (souvent pour des questions de symétrie due à cette image produite par un reflet de miroir inversé). Mieux, le photographe opère un rapprochement avec un phénomène bien connu des cinéastes d’animation et d’anticipation : l’uncanny valley (on en parlait ici).

La vallée désigne les ravins de la courbe qui schématise la nature de notre perception des représentations d’individus. Exemple : un personnage Lego est un humanoïde très schématique. A l’inverse, un portrait photographique est une représentation très fidèle de la réalité. Entre les deux, les zones grises où la représentation n’est pas assez schématique ou trop proche de la réalité produisent un sentiment de dégoût chez les gens. Nous avons l’impression d’avoir à faire à des monstres ou à des morts-vivants.

Les cinéastes en sont familiers car pour représenter un humain en images de synthèse, il convient d’être assez figuratif sont trop être proche de la réalité sous peine d’effrayer les gens. L’exemple cité par Duncan est celui de Woody de Toy Story dont la ressemblance avec les hommes a été volontairement gommée pour qu’il ait l’air sympa.

[C’est aussi l’effet que me faisaient les poupées de porcelaine dans les vieux magasins de jouets quand j’étais enfant. Trop bizarrement ressemblantes aux hommes, un peu flippant donc. Même observation pour les statues du musée Grevin ou les sosies.]

Selon James Duncan, nos portraits qui ne nous plaisent pas se situent dans la uncanny valley.

3 réflexions sur « Quand une photo de nous ne nous plait pas, c’est quelle se trouve dans l’uncanny valley »

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s