Les desire paths : allégories de l’impuissance du dessein sur les usages

Noah fait partie des gens dont les références ne manquent jamais d’être inspirantes. Un de ces récents articles faisait allusion à un très bel objet : le desire path (ou ligne de désir).

Comme on le voit sur la photo, ce sentier tracé par le passage des hommes, animaux (les anglophones parlent aussi de goat tracks) ou cyclistes signale un aménagement urbain inapproprié.

Nombreuses sont les professions qui observent les lignes de désir en vue de comprendre leurs usagers et améliorer les expériences offertes.

Le desire path est une sublime illustration du braconnage de Michel de Certeau et de l’impuissance des marques et des institutions sur les gens.

Chaque marque, architecte, designer, urbaniste, graphiste ou politicien peut suggérer du mieux qu’il peut un usage, si les gens ne le comprenne pas, ils n’hésiteront pas – au pire – à s’en détourner – au mieux – à le détourner. Le desire path est l’allégorie de la toute-puissance des gens sur les institutions et l’impérative nécessité de se mettre à leur niveau, pas l’inverse.

7 thoughts on “Les desire paths : allégories de l’impuissance du dessein sur les usages”

Leave a Reply to Le café suspensu : un usage au service de la générosité | Notre Lien Quotidien Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s