10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #134

1. Ce tableau renseigne le degré de similarité entre les langues :

lexical similarity coefficients

2. L’utilisation d’un fond vert pour les effets spéciaux date des années 40 :

3. On compte aujourd’hui dans le monde 27 millions d’esclaves, soit plus qu’en 1860.

4. Le 4th wall :

5. Le paradoxe du casque de vélo : une protection peut être facteur de risque. Les cyclistes portant un casque prennent plus de risques que sans tandis que les automobilistes font plus attention aux vélos sans casque. Merci Chloé

6. Dans les années 90, the Enlightened Tobacco Company fait le pari de l’ironie en lançant une nouvelle marque de cigarettes au UK : Death.

death cigarette pack health

7. Les 3 origines possibles de la journée internationale de la femme.

8. 30 ans : c’est le temps dont la mémoire collective a besoin pour oublier les enseignements du passé (voir aussi : les bénéfices potentiels de la long data).

9. Le Royaume-Uni est le pays inventeur des camps de concentration (lors de la guerre des Boer).

10. De nombreuses civilisations antiques ajustaient leurs métriques de mesure de l’heure à la longueur de l’ensoleillement. Merci Olivier

4 réflexions sur « 10 choses que je ne savais pas la semaine dernière #134 »

  1. Ce qui est vraiment interessant dans l’etude sur le casque de velo (http://www.nber.org/papers/w18773.pdf?new_window=1) est le fait que les lois sur le port du casque entrainent une reduction du nombres de blessures pour les velos mais une augmentation du nombres de blessures pour les sports a roulettes, entrainant l’hypothese d’un report d’un certain nombre de cyclistes vers ces sports decourages pour le port obligatoire du casque en velo

    « However, laws also
    are associated with decreases in non-head cycling injuries, as well as increases in head injuries from
    other wheeled sports. Thus, the observed reduction in bicycle-related head injuries may be due to
    reductions in bicycle riding induced by the laws. »

    J'aime

  2. Ce que je comprends du paradoxe du casque a vélo moi c’est que si on force les cyclistes à porter un casque, il y aura moins de personnes enclines a faire du vélo. Or le vrai problème de santé publique c’est le manque d’activité physique/la pollution pas les accidents de vélo.. En voulant régler un problème on crée un nouveau frein (sans mauvais jeu de mot) a un problème existant #questiondepriorite

    J'aime

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s