Le concept de décomposition-recomposition d’Edgar Morin est une clef de lecture au service de la créativité

calligramme appolinaire
Le Calligramme est un exemple de figure qui met la complexité au service de la simplification

Les métiers de la communication ont fait de la simplicité une valeur cardinale*. Transmettre une idée en quelques secondes résume notre métier depuis sa création.

La culture de la simplification est naturellement implantée chez les communicants. Transformer un problème en opportunité, changer le chaos en ordre, prendre de nouvelles directions par une lecture inattendue d’une situation… Tout ce que nous faisons doit être raconté en 3′, sous peine d’être inefficace face à un directeur marketing ou une personne en magasin.

Simplifier, c’est renoncer à l’exhaustif. Toutefois, simplifier c’est oser les passerelles, les analogies, la schématisation favorisant la compréhension.

Simplifier, c’est accepter de transfigurer un objet. Offrir une réponse qui sort des cases des expertises et qui permet de dépasser les barrières. Simplifier demande la vision intégrale d’Edgar Morin.

C’est tout le paradoxe de la simplicité. D’un côté, on gomme la complexité d’un objet. De l’autre, on en favorise la compréhension par emprunt et par re-complexification de l’objet.

Cela résume bien le concept de décomposition-recomposition cher à Morin. Il n’y a pas de nouveauté sans déclin de l’existant. Rien ne se créée, tout se transforme.

“Là où croît le péril croît aussi ce qui sauve” (Friedrich Hölderlin).

Tout est dans tout.

C’est aussi une définition des métiers de la création à garder en tête. La créativité consiste à rassembler des éléments épars pour en faire des propositions inédites et pertinentes. Cette définition dépasse de loin la créativité. Elle est une exigence de reconnaissance de la complexité et de la pensée systémique dans la vie en général.

Les causalités rationnelles classiques A = B sont dépassées et insuffisantes. Montaigne a vécu.

Vive les idées larges.

*Une étude internationale de la simplicité :

1 thought on “Le concept de décomposition-recomposition d’Edgar Morin est une clef de lecture au service de la créativité”

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s