De l’apport du digital dans un mix média : que se passe-t-il quand on mesure le web comme n’importe quel autre média

canards caddies supermarché suiveurs

Une présentation des toujours très intéressants gens de chez Millward-Brown : si le digital génère peu d’interactions, pourquoi continuer à les mesurer ? Non seulement c’est décourageant, mais en plus cela singularise le web des autres médias.

Autant s’intéresser à l’apport du digital dans un mix sur des variables telles que la notoriété, la considération ou la préférence.

Outre la présentation globale en pied d’article, voici trois pépites extraites de cette étude.

La première : l’apport de chaque média d’un mix à une campagne (mélangeant notoriété, considération et préférence). A noter : en pointillés, l’effet de synergie entre les points de contact. L’augmentation du nombre de média dans un mix accroit l’effet de synergie et réduit en proportion l’apport de chaque médias. Tout est dit sur les motivations de l’immobilisme des agences.

contribution campaign effect digital television millward brown

Deuxième pépite : la contribution assez équilibrée du web – tous leviers confondus – au ratio couverture/considération. Dommage. Vendu en gros, cet apport s’érodera mécaniquement avec le temps, à moins d’un brutal changement de mode de pensée.

range impact consideration online cinema millward brown

Pour finir, un point plus tactique mais pas moins intéressant. Faut-il adapter les vidéos qu’on poste sur le net par rapport à des copies classiques en TV? La réponse est oui. Et non. Chacun des deux formats a des apports spécifiques. Les CTV sont meilleures pour la notoriété pure tandis que les vidéos pensées pour le web favorisent l’attribution, l’agrément et la considération. Not bad.

re purposed television video web millward brown

Voici l’étude complète. Bonne lecture et bon week-end :

4 réflexions sur “De l’apport du digital dans un mix média : que se passe-t-il quand on mesure le web comme n’importe quel autre média

  1. Tres interessant.
    Neamoins, sans m’etre plonnger dans l’etude, comment est gere le facteur temps dans ces cas?
    Je m’explique.
    Si (de par son reach) la TV est le premier point de contact avec le consommateur, et qu’ensuite vient la video internet, n’est il pas logique que la TV favorise la notoriete (etant le premier a prendre la parole) et le net l’attribution, l’agrement et la consideration, arrivant plus tard dans le funnel?

    J'aime

    1. Ah ça y’est je vois ton point. Ce que ce genre d’études ne dit pas , ce que le search arrive en preums parmis les leviers digitaux, donc pour les gens qui utilisent internet, donc toujours moins que les gens qui regardent la TV !

      J'aime

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s