En adoptant une logique de flux, le web n’a pas pas réinventé la télévision

Teenagers-watching-TV-001

La seule variable valorisée sur le marché pour un produit digital, c’est l’audience. Nombre de membres (actifs), récurrence des visites, etc. Aucun éditeur / network ne valorise le taux d’engagement.

Ce dogme explique pourquoi Snapchat refuse 3 milliards de dollars ou qu’Instagram a été absorbé pour un milliard. Une audience jeune et fidèle vaut de l’or (il faudra qu’on se penche plus sérieusement sur la question un jour, le voile est en train de tomber).

La logique de valorisation d’un média, avec ou sans digital, c’est son audience. C’est sur cette base que sont calculés les tarifs publicitaires : creux en journée et pleins durant les périodes de peaks.

Si la volatilité des jeunes vis-à-vis des médias n’est pas à démontrer, l’enjeu principal des sites consiste à les fidéliser, en masse. Autrement dit, le digital cherche à créer une logique de flux, à la manière de la TV, pour que nous ayons toujours une bonne raison d’ouvrir Youtube ou Facebook.

Je ne suis pas très fort en maths mais les derniers chiffres de la régie Google indique que la viralité génère 92% de vues supplémentaires sur Youtube. Mathématiquement, cela signifie que chaque séquence vue est partagée une fois pour être vue par une personne. Plus probablement, 80% des vidéos sont vues sans générer aucun partage.

Si Youtube ne cherchait pas à créer un flux, elle n’aurait pas de homepage. Elle n’aurait qu’une barre de recherche façon Google. Les plateformes digitales veulent des rendez-vous, veulent des chiffres d’audience stables. Si YT demeure le 2e moteur de recherche mondial, son ambition est d’abord de sédentariser les internautes avec un algorithme de recommandation efficace, façon Netflix.

Cette évolution naturelle du média donne un nouvel élan à la publicité passive. Les prochains formats interactifs et participatifs s’écriront avec les derniers pionniers de la consommation de contenus à la demande – les undigital natives – ie. des gens qui vont sur internet pour faire une recherche précise, pas comme si elles allumaient leur poste de télévision.

2 réflexions sur “En adoptant une logique de flux, le web n’a pas pas réinventé la télévision

  1. Mmm beaucoup de choses a dire ici.

    « La seule variable valorisée sur le marché pour un produit digital, c’est l’audience. »
    -> Je dirais Annual Revenue per user X number of user

    « La logique de valorisation d’un média, avec ou sans digital, c’est son audience. C’est sur cette base que sont calculés les tarifs publicitaires : creux en journée et pleins durant les périodes de peaks. »
    -> Tout depend de son business model, et de la part de la publicite dans celui-ci

    « Autrement dit, le digital cherche à créer une logique de flux, à la manière de la TV, pour que nous ayons toujours une bonne raison d’ouvrir Youtube ou Facebook. »
    -> C’est surtout que les media digitaux raisonnent en pageviews. L’idee est moins de faire revenir les gens mais plutot d’avoir un maximum d’inventaire non?

    « Si Youtube ne cherchait pas à créer un flux, elle n’aurait pas de homepage. »
    -> La raison que YT veuille vous faire revenir sur son site, c’est surtout que sa part dans revenue sharing est plus important quand l’internaute visualise la video sur Youtube que en embed (+ des raisons de data capture aussi)

    « Son ambition est d’abord de sédentariser les internautes avec un algorithme de recommandation efficace, façon Netflix. »
    -> La question ici est de savoir si Youtube va reussir a faire evoluer son objectif.
    De passer de « faire que l’internaute regarde un max de video par jour » a « faire que l’internaute regarde le contenu a fortes valeurs ajoutees qui me permet de faire de l’argent avec de la pub premium ou du PPV »

    « Les prochains formats interactifs et participatifs s’écriront avec les derniers pionniers de la consommation de contenus à la demande (…) les gens qui vont sur internet pour faire une recherche précise, pas comme si elles allumaient leur poste de télévision »
    -> Au contraire le but est bien de capter ces gens et de les faire rester 10 plus de temps que prevu.
    La seule chose qui importe est le contenu, pas le contenant.

    J'aime

    1. Pour tes deux premiers points, j’aurais du préciser que je parlais d’un point de vue média.

      Par rapport à l’inventaire, il faut quand mm que les gens reviennent pour le valoriser un minimum, mm si les éditeurs sont peu dissert sur la qualité des inventaires vendus aux marques.

      Ok pour ton quatrième point, complémentaire du mien. Ceci explique cela.

      Avant dernier point ok, rien à redire.

      Dernier point, je faisais moins une prévision qu’une provocation par rapport aux fait que les seniors sont peut-être la catégorie de pop à la conso digitale la plus « opt-in »

      J'aime

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s