Les fermes à contenus s’automatisent : l’ère Tricatel investit les rédactions

Comme évoqué il y a quelques jours, l’enjeu d’un journaliste n’est plus d’avoir des idées de papiers mais de les produire à la vitesse de la lumière sur toutes les plateformes qui composent les multiples couches de revenus d’un producteur, aka. un journal / chaine de télévision, son écosystème social, des services tiers (agrégateurs, licenseurs…), rediffuseurs…

Dans le cas d’un programme TV, il y avait traditionnellement 3 vies : vente sur marché locale, vente à l’export puis revente de fin de vie.

Ce cycle de vie semble d’être démultiplié. Quasiment à l’infini.

Pour assurer la production et l’adaptation de ces contenus, deux options : mechanical turk ou des bots. Les humains sont trop chers.

Donc Le Monde fait écrire des articles à des robots (exemple d’un soir d’élection ou 30 000 articles ont besoin d’être écrit en quelques heures), ou Automated Insights écrit à la chaine des tonnes d’articles.

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s