La stratégie d’Edward Snowden mise en scène dans CitizenFour aurait pu être plus astucieuse

Il y a quelques jours, j’ai vu Citizenfour, le documentaire de Laura Poitras sur Edward Snowden.

Un sujet forcément intéressant mais qui pose énormément de questions sur l’affaire.

D’abord on découvre que ce docu a été shooté avant qu’Ed ne fasse ses révélations. Ce film raconte son media-training effectué par deux journalistes choisis par Edward : Glenn Greenwald et Ewen MacAskill, du Guardian. La mise en scène de cette préparation en fait un évènement médiatique où la forme prend le pas sur le fond. On se rend compte de l’intérêt des journalistes à ne pas rater leur coup. Tout le monde assure ses arrières.

Le fond des révélations n’est d’ailleurs qu’effleuré. Mis à part évoquer les dangers potentiels et l’audace inouïe de l’initiative, on ne comprend jamais tout à fait ce que contiennent les leaks de Snowden. Tantôt des accusations d’espionnage des USA sur d’autres pays (notamment via des écoutes de chefs d’état), tantôt des preuves que les opérateurs telecom américains et les GAFA ne sont pas exempts du Patriot Act.

Le choix de la stratégie des moyens de la révélation est d’ailleurs étrange. Alors que la tactique de Assange a objectivement foiré (il est désormais enfermé au Venezuela dans une ambassade après avoir floodé le monde entier de détails sans intérêt via des méthodes qu’il prétend dénoncer), Snwoden et ses potes choisissent le même angle : celui du big splash. Celui dont les médias vont s’empresser de créer des effets d’annonce creux et bâclés. Pourquoi Snowden n’a pas plutôt choisi d’écrire un bouquin lui permettant d’étayer sa thèse sans être malmené par les médias ?

Est-ce vraiment productif d’alarmer les gens autour de thématiques impalpables pour l’opinion public? On connait le rapport paradoxal des gens à la data : soucieux de sécurité mais prêts à collaborer – de manière passive car dans le fond tout le monde s’en tape – pour le bien commun (aka. terrorisme ou sécurité intérieure). Faire trembler les petites élites condescendantes dans un TED Talk n’a aucun impact. Choisir d’en faire un sujet grand public imposait sans doute une approche plus pédagogique.

Au final, le combat de Snowden n’est pas démocratique mais libertaire, donc polarisante. On a tous envie d’être d’accord avec lui sans savoir comment passer à l’acte. L’effet produit par les révélations de Snowden, c’est l’augmentation du stress des gens vis-à-vis des états, donc de la défiance, du communautarisme, des extrêmes qui montent et du PIB qui stagne.

Je ne soutiens pas les dérives de la NSA et du programme PRISM. Je pense humblement que la manière de procéder de Snowden aurait sans doute pu être plus intelligente. Quels effets réels auront eu ses révélations?

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s