Matrice de progression et lubies de jeunes professionnels : tu en es où toi?

La semaine dernière, Undercurrent est mort.

Dommage. C’était une agence dynamique composée d’une multitude de talents dont le trait principal était la générosité. Leur slideshare offrait de bons documents, ses patrons blogguaient/tweetaient comme des fous (ceci explique peut-être cela…).matrice progression planning-page-001

Parmi les documents Undercurrent, celui-ci m’avait frappé : une matrice de progression des salariés, anormalement précise et inspirante.

Ce qui invite à se replonger dans les différentes étapes de sa vie professionnelle :

  • L’intérêt pour la communication conduisant à embrasser un cursus adequat. Cette première phase est généralement bousculée par les premières expériences professionnelles, en stage ou en contrat.
  • Les premières boites, celles dont on adhère aveuglément à la vision – #oxymore – par manque d’éléments de comparaison. Cette phase de lune de miel dure de moins en moins longtemps en fonction du nombre de boites visitées.
  • Les cycles d’utilisation des outils d’une agence. On commence par reproduire avant de maitriser, et négliger. On essaie d’inventer ses propres méthodes, on se rend compte que les outils agences étaient plus malins qu’on imaginait, tant l’effort de simplification d’une méthode – aka. dépolluée au maximum de notre subjectivité – peut donner l’impression d’être superficielle…

Cette dernière phase correspond à mes 30 ans, un âge où l’on commence à comprendre le monde des adultes : leur circonspection, leur prudence, leurs défauts et leurs qualités : ne pas juger à l’emporte-pièce, mettre de l’eau dans son vin, ne jamais dire jamais, ne jamais présager de quoi que ce soit.

J’ai l’impression que c’est généralement à ça qu’on reconnait un junior en train de s’épaissir : il délaisse ses convictions, embrasse le chaos et saute à deux pieds dans le plaisir de faire avancer des projets en fonction des équipes, des contextes et des clients, ie. une quantité d’obstacles rendant imprédictible sa conclusion.

De la même manière, les gens inaptes à travailler en organisation sont qui expriment des difficultés à nuancer leur propos et fusionner leur pensée dans celle du groupe. C’est un trait de personnalité qu’on retrouve chez beaucoup de freelances, de gourous, de bloggueurs.

A la fin de la journée, les relations entre les agents d’un groupe comptent plus que les pensées individuelles (passion cybernétique).

On cherche des gens, pas des projets. On veut une plage, des potes, de la bière et une canne à pêche.

C’est à ce moment que nos juniors nous trouvent paresseux et démissionnaire.

Et le cycle recommence.

Une réflexion sur “Matrice de progression et lubies de jeunes professionnels : tu en es où toi?

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s