Le business doit être à la base du brief : arrêtez de jouer le jeu des annonceurs

S’il y a une chose contre laquelle ni un client, ni un collègue ne peut s’élever, c’est une réalité chiffrée du marché.

Faire plaisir à un annonceur en acceptant sa demande relative à un besoin de coolitude ou de rajeunissement de cible ne suffit pas.

Qu’allez-vous faire de ce brief vis-à-vis de vos créatifs? Leur demander de parler aux Millenials? Sans rien? En leur demandant d’utiliser Snapchat et Whatsapp?

Non seulement vous avez une chance sur deux d’aller dans le mur mais en plus vous vous discréditez vis-à-vis de votre annonceur.

Accepter ce genre de brief, c’est comme se lancer dans une chasse au trésor sans carte.

Le drame c’est que cette carte existe.

Quelque part dans les placards des annonceurs, dans des bases de données extérieures, dans articles de presse, dans les conversations sur les réseaux sociaux.

Nous choisissons de partir à l’aveugle par vanité.

Même si la plupart des prises de parole ne relèvent pas d’un problème à résoudre mais d’opportunités, je crois qu’il devient impératif de revenir de ce mode de pensée.

D’abord parce que la publicité gêne les gens.

Ensuite parce que la chance de trouver une bonne solution à une absence de problème est trop aléatoire, donc génère 99% de déchets.

Finalement parce que les annonceurs méritent des agences qui savent faire autre chose que des beaux dessins.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s