Les in et out du digital en 2016 de Digiday. Commentés.

in-out2016 digiweb

On aime beaucoup The Digiday guide to what’s in & out in 2016. On ne sait naturellement pas du tout de quoi il s’agit vraiment : les termes les plus recherchés? L’intuition des rédacteurs? Une compilation des tendances? Peu importe.

On en pense quoi?

Tentons l’exercice.

Failing vs experimenting. Oui pourquoi pas. Ca fleure le sous-entendu commercial, on sent que les mecs du web commencent à comprendre qu’il faut bien gagner sa vie. Ca commençait à devenir inquiétant.

Yield management vs. user experience. On est complètement d’accord. On va en parler à Uber les matins de pluie et soirs de match quand il triple ses factures.

Instant Articles Excitement vs. Facebook Fear. Finement observés messieurs. Quand on repense à Facebook annonçant il y a 3 ans qu’il deviendrait le nouveau Youtube (quelques mois après une drôle d’introduction en bourse), on rigolait un peu. On ne rigole plus là. Même si dans le fond du fond, ils ne parviennent pas à vendre autre chose que de la pub.

ad tech panorama

Ad tech sprawl > ad tech consolidation. Comme dans chaque ruée vers l’or, chacun y va de son filon avant de syndiquer les moyens de production. Tant mieux. Ca devenait illisible.

Audience development > platform wrangling. Même observation que supra. La course à la pénétration est toujours suivie d’une course aux parts de marché. Sortez les flingues et les clickbaits (quand on voit cependant jusqu’où va la TV, le web a encore de la marge).

Launching new publications > shutting down publications. Oui. Tournez vos regards vers les courageux qui bossent dans le papier ou qui on ouvert une « rubrique de marque » sur votre site pourrave.

Selfie sticks > hoverboards. Pouce rouge.

Viral magazine covers > viral tabloid cover. Qui vivra verra.

Unicorns > decacorns. On n’est pas pour. On n’aime pas les gros monopoles chiants. Ca finit toujours par ressembler à Yahoo ou AOL ou Alphabet.

Email newsletters > push notifications. On aurait dit exactement le contraire.

Native advertising > brand publication. On ne voit pas la différence. Appelez comme vous voulez vos pigistes.

Banner blindness > ad blocking. OK.

Redesigning > re-platforming. Okey… On se parle sans doute de la complexité des écosystèmes. Alors d’accord.

Reporters who code > reporters who podcast. Il parait que c’est le retour en grâce du podcast. On verra. Comme d’habitude c’est la qualité du contenu qui fait la qualité du média.

Click-to-play > autoplay. O.U.I. Quel génie ce Facebook, décidément.

Twitter > Slack. On n’y voit pas tout à fait le même usage mais oui sur les conversations articulées autour de hashtag.

Youtube stars > Snapchat stars. Oui.

Marrisa Mayer puffery > Marissa Mayers takedown. Sans doute.

Annonying desktop ads > annoying mobile ads. Oui

HTTP > HTTPS. Ben voyons.

Coffee start-up > Mattress start-up. Non. Endive start-up. Poubelle Start-up. Hamster startup.

Publisher homepages > published distributed media teams. Oui. Google est contre les homepage. Tout se lit directement dans les feeds. La homequoi?

Crowdsourcing > expertise. Nous sommes 100% pour. Les passionnés sont généralement inopérants d’un point de vue business. Ca poutre sans délivrer.

Must-reads > hate-reads. Très bonne idée.

Drones > virtual reality. On baille.

Real-time bidding > header bidding. On ne voit pas la nuance. S’agit-il d’évoquer l’arrivée des emplacements branding en programmatique? On en frétille.

First Look schadenfreude > Gawker schadenfreude. Un peu facile. Mais fait écho aux enjeux de monétisation des sites d’actualité.

Inspiring > delighting. Merci le UK

GIFs > emojis. Et pourquoi pas des emojis animés?

DSPs > DMPs. Les deux fonctionnant ensemble, on est embêté de les opposer.

Publisher VC rounds > publisher exits. Ahah. Retournez à vos ragots et vos bannos.

Predicting circa’s demise > Predicting new circa’s demise. On est d’accord. Cf. ce post.

Brand command centers > brand digital content studios. Les deux ne s’opposent pas. On veut les deux.

Listicles > charts. Les deux ne s’opposent pas non plus.

Millenials > centennials. 100% pour.

Real-time marketing > adaptative marketing. C’est le même bullshit.

NFL > eSports. OUIIIII. On veut on veut. A quand le premier e-athlète sponsorisé par Nike?

Tweetstorms > medium posts. Non on ne veut pas de Medium. Quel enfer.

Social media addiction > digital vacations. Cf. 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015…

Hating the NYT’s Modern Love Column > Hating the NYT’s Modern Love Podcast. On s’en fout.

Content marketing on LinkedIN > Content marketing on Medium. Par pitié. S’il vous plait. Non. On préfère encore LinkedIN.

Social media complaints > social media outrage. Mouais.

Bonne année.

#bisous

2 réflexions sur “Les in et out du digital en 2016 de Digiday. Commentés.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s