Comment le principe de solidarité est battu en brèche par le travail

Le 1er janvier dernier, deux groupes français, Axa et Kering, annonçaient l’amélioration des avantages salariaux pour les parents.

L’enjeu pour ces entreprises, à la manière des géants de la Silicon Valley, est d’attirer et retenir les talents dans leur giron.

Au-delà de la générosité de ces mesures, ces avantages posent une question : comment vivre ensemble si le monde du travail opère à deux vitesses?

Certes, ces entreprises sont dans leur bon droit d’octroyer des privilèges à leurs salariés, mais ce symptôme est également le signe d’une dé-solidarisation des modèles sociaux dans lesquels les entreprises opèrent.

A la manière d’un paradis fiscal (ou d’une niche), certains salariés, au nom de leur talent – hérité dans la majeure partie des cas – mènent grand train. Au nom d’un savoir-faire, on peut avoir accès à un rang privilégié.

Dans cette mesure, l’individualisme est totalement institué.

Demain, les piliers qui font société ne seront peut-être plus impulsés par les nations mais par les entreprises, qui par le truchement de leurs politiques salariales, proposeront des mini programmes politiques : au service des parents, de la diversité, du diplôme, de l’industrie, de l’innovation, etc.

[Naturellement, cet article n’a nul objet d’épingler les entreprises privées : les entreprises publiques offrent – souvent depuis plus longtemps – des avantages salariaux.]

La question que je me pose : qu’est-ce qui fait société aujourd’hui? Les nations ou les entreprises?

De quoi remettre en perspective la confiance supérieure que l’opinion accorde aux entreprises au détriment des gouvernements.

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s