Le bruit du silence : ne laissons pas l’idiotie truster notre temps de cerveau

J’ai trouvé frappant cet article de Jessica Livingston (partner chez Y Combinator) : the sound of silence.

Son point se résume en une phrase :

There’s too much downside in sharing any opinion that could easily be misinterpreted online. Even facts are dangerous to share if they don’t align with what people want to believe.

There’s a lot of concern about “fake news” lately. That is a real problem, but there’s also the opposite problem: true things that aren’t being said.

Que rajouter?

Si les populistes font de l’intox et que les diplômés se taisent, il est assez naturel que la représentativité du débat – fuel de la démocratie – soit biaisée.

Est-ce bien ou mal?

Les riches devraient-ils plus parler que les pauvres? Les cols blanc sont-ils plus légitimes que les cols bleus pour prendre la parole? Est-ce que les décisions et les avis des cols blancs sont meilleurs que ceux des cols bleus?

Bien sûr que non.

N’empêche : l’auto-censure c’est quand même un peu embêtant.

A minima parce qu’à moyen terme, l’asymétrie d’information produit de l’incompréhension, donc de la colère, donc du populisme.

Ouvrons nos bouches, au moins pour ré-équilibrer le débat vis-à-vis des bâtards frontistes qui trustent nos newsfeed.

Love.

1 thought on “Le bruit du silence : ne laissons pas l’idiotie truster notre temps de cerveau”

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s