Les AI créatives seront-elles accusées de plagiat?

On a aimé ce reportage Teads consacré à au directeur de création artificiel de McCann Japon.

Notamment autour de 5’45 lorsqu’on apprend que la vision sous-jacente à la création de cet outil, c’est que les jeunes n’ont pas besoin de s’intéresser au passé, l’AI leur donne une super synthèse des choses à connaitre. L’AI permet aux « jeunes » de se concentrer sur les nouvelles idées grâce à une super antisèche qui leur explique ce qui marche ou pas.

On comprend mieux la manière dont TEADS se positionne (et pourquoi elle est valorisée plus de 100 millions). Hier elle ne faisait « que » de l’achat média programmatique. Aujourd’hui elle propose des outils de montage vidéo étayés de conseils d’optimisation glané durant les milliers de campagnes (via l’algo brainient). Demain ses learnings consignés par Brainient pourront créer des messages vidéo de toute part.

La question que je me pose du coup : est-ce que les marques pourraient se plaindre que Teads – et les autres acteurs de l’IA – entrainent leurs propres algorithmes sur le dos des annonceurs ? Après tout la propriété intellectuelle protège les oeuvres de l’esprit : mais s’il devient possible d’industrialiser « l’inspiration », est-ce du plagiat?

Une réflexion sur “Les AI créatives seront-elles accusées de plagiat?

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s