Patience et bonté : ne jugeons pas les gens qui ne sont pas au summum

L’entreprise est un milieu difficile. Jugés sur nos performances, il s’agit d’objectiver notre valeur ajoutée au sein des organisations.

Malgré les efforts des managers et des RH pour humaniser l’entreprise ou distinguer hard et soft skills, tout le monde ne se retrouve pas dans ce modèle néo-darwiniste où tous les agents de production n’ont de surcroît pas les mêmes chances au tirage.

Dans ces conditions, juger des performances d’un individu est doublement compliqué : il faut tenter de comprendre son background – oui oui un minimum – mais surtout évaluer à l’aune de son parcours. Où en-t-il dans sa carrière? Quelles sont ses ambitions? Son parcours entre-t-il en conformité avec la philosophie des carrières de l’organisation en question?

Cette petite intro tourne autour du pot : la question que je me pose, c’est combien de personnes avec qui nous travaillons sont à leur top?

On ne devrait délivrer des jugements qu’aux personnes qui sont au sommet. Les autres, en cours de progression, ne doivent pas être jugés mais encouragés.

On ne peut pas juger un stagiaire de la même manière qu’un directeur. On ne peut attendre les mêmes compétences d’un stagiaire qu’un directeur.

Bref : à tous les gens qui recrutent des juniors comme des directeurs, je ne suis pas d’accord avec vous. Vive la jeunesse.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s