La data, c’est la nourriture de l’intelligence artificielle

Il y a environ 2 ans, j’ai compris – un peu accidentellement – que ce qui comptait dans une stratégie digitale n’était pas le front office d’un dispositif mais son back office.

Il est évidemment important de respecter une stratégie de marque mais pas autant que de faire en sorte que les interactions générées par le dispositif de campagne enrichissent la base de données des marques.

On peut critiquer la pertinence ou l’efficacité à de cette approche – je ne m’en suis moi-même pas privé – mais ce qu’il faut retenir, c’est que plus une marque récolte de la donnée, plus elle génère la matière grise prompte à améliorer son intelligence artificielle.

Cet axiome explique pourquoi Google, Facebook, Amazon ou Tencent sont les mieux placés pour dominer cette science qui devrait reconfigurer les règles du travail mondial au 21e siècle.

Cet axiome explique pourquoi le software is eating the world.

Cet axiome explique pourquoi la publicité digitale se développe aussi rapidement – rendant perplexes les vieilles agences créatives qui y voient une défaite de l’idée –  et que tous les médias seront achetables programmatiquement dans les 10 années à venir. La pub en ligne génére de la donnée.

Les marques qui domineront le 21e siècle sont les celles dont l’infrastructure de collecte et d’exploitation de data leur permettra de devenir intelligente.

Par sa capacité à générer des tonnes de données, le marketing est aux avants postes de cette révolution.

Il n’a jamais été aussi excitant de faire ce métier.

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s