Calmos. Nous ne sommes que des prestas.

Je ressens de la tendresse pour les agences qui cachent leur misère intellectuelle derrière des titres pompeux et des épithètes ampoulés. Tout le monde est *VP*, tout le monde est *stratégique*, tout le monde est *partenaire business*.

Le monde des agences est un bal masqué.

Le temps d’une soirée ou d’une garden party, nos curriculums s’éclairent de titres princiers ou d’atours impériaux.

Là où ça se gâte, c’est quand nous oublions que nous sommes au bal masqué.

Certains s’offusquent sans retenue des réactions de leurs clients vis-à-vis de ce qu’ils appellent des recommandations (alors qu’elles ne sont au mieux que des vues de l’esprit).

D’autres s’indignent sincèrement de la baisse des budgets et des relations financières tendues avec leurs annonceurs.

Les plus vaillants vont même jusqu’à regretter un âge d’or où ils faisaient ce qu’ils voulaient (avant la loi Sapin essentiellement, quand le métier tenait sur un système de corruption politique).

***

Il est temps d’arrêter de fumer des joints.

Nous sommes des prestataires. Des valets de chambres. Des filles de ferme.

Nos annonceurs ont tous les droits sur nous : ils nous paient pour une prestation dont ils disposent. Ils ont le droit de ne pas être satisfaits de nos services. Ils ont même le devoir de ne pas être satisfaits pour nous pousser à nous améliorer (comme le vieux maitre dans Karaté Kid).

Nous n’avons aucun droit, que des devoirs.

Nous sommes dans Downton Abbey.

Retournons bosser, creusons nous la tête, réinventons nos offres, suons le burnous tant qu’il faudra. Mais arrêtons de fantasmer une position qui n’est pas la nôtre et qui ne l’a jamais été. Ca met tout le monde très mal à l’aise.

PS : ceux qui n’assument pas de fabriquer des bannos gagneraient à changer de métier. Nous fabriquons des bannières et des choses que les gens détestent. Nous ne sommes pas là pour être aimés mais pour générer du cash au service de la liberté de l’information.

PS2 : l’arrivée des saturnales des Cannes Lions n’est pas étrangère à ce post. Les moments de vanité sont des moments d’angoisse.

PS3 : Voilà comment nous sommes perçus par nos clients et par le commun des mortels. Des gros fils de pute bourrés de thunes cons comme des planches. N’oublions jamais ça.

Une réflexion sur “Calmos. Nous ne sommes que des prestas.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s