Pour un retour des études de réception vis-à-vis du discours sur les GAFA

C’est l’été, on a le temps de regarder ce genre de contenu. Un peu comme on feuillette un Voici entre deux bains de mer. 

Il est difficile de dénigrer les conférences TED tant elles m’ont ébloui il y a quelques années. Pourtant, j’ai l’impression qu’elles sombrent petit à petit dans une inquiétude de l’avenir. Un peu comme si nos ordinateurs allaient se réveiller la nuit pour étrangler avec des câbles USB (c’est loin d’être une blague puisque Elon Musk dirige ce qu’il croit être un mouvement de résistance face aux IA malveillantes).

Ca allait encore quand Eli Pariser se contentaient de nous alerter sur les risques des filter bubbles il y a quelques années. Mais quand un type comme l’ancien « ethical designer » de Google raconte que la firme de Moutain View « contrôle nos esprits », ça devient assez pathétique.

Cette vision donnant une responsabilité unilatérale à l’émetteur d’un message au détriment de ses récepteur rappelle les premières théoriques de la communication béhavioriste. A l’époque on considère qu’un message pénètre l’esprit des gens comme une « seringue hypodermique ». La communication du début du 20e siècle est donc perçue – et pratiquée – comme de la propagande : on n’imagine pas que les gens puissent filtrer ce qu’on leur raconte, donc on leur bourre le mou. Du moins on essaie.

Il faudra attendre les années 60/70 pour voir apparaitre les premières études sur la réception des messages pour se rendre compte que les gens ne sont pas dupes de ce qu’on leur raconte, qu’ils sont éminemment plus intelligents que les marques et autres institutions cherchant à influer sur leurs comportements.

De fait, la théorie de Tristan Harris n’est de mon point de vue qu’une résurgence béhavioriste (un courant de pensée qui a repris de l’importance avec le web et le formidable corpus comportemental que nous disséminons au quotidien dans nos interactions digitales). Les gens sont capables de filtrer les informations, de se les approprier, de les croiser avec leurs connaissances personnelles.

Que Google soit un monopole publicitaire est un problème, sans question possible.

Qu’on leur prête la capacité à manipuler les esprits est fantaisiste et vain.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s