La pertinence par l’impertinence : une théorie biologique de l’efficacité publicitaire

Croisé hier dans l’internet : la théorie dite du signalement coûteuxindirectement née de Charles Darwin durant la rédaction de son oeuvre sur l’évolution, en observant un paon :

« The sight of a feather in a peacock’s tail, whenever I gaze at it, makes me sick ».

Le paon a une queue extraordinairement sophistiquée. Le paon passe un temps fou à construire de gigantesques nids. Le paon c’est le caillou dans la chaussure de la théorie de l’évolution. Darwin ne comprend pas pourquoi ce con de paon est doté d’attributs incompatibles avec sa vision. Le paon aurait dû abandonner ses atours d’apparats pour survivre. Quelque chose cloche.

C’est alors qu’Amotz Zahavi – un chercheur israélien – développe la théorie du signalement coûteux. Les manies précieuses du paon ont pour but d’indiquer aux prédateurs que si elles existent malgré la théorie de l’évolution, c’est qu’il doit être sacrément malin pour se payer le luxe de survivre.

Quelques années plus tard, l’économiste John Kay note un phénomène apparenté dans la publicité :

« The advertiser has either persuaded lots or people to buy his product already, a good sign, or has persuaded someone to lend him lots of money to finance the campaign »

La publicité fonctionnerait donc car son existence indique que l’annonceur a les moyens de le faire, donc que le produit doit être bon d’une manière ou d’une autre.

Difficile de ne pas faire de cette théorie un débat mais allons-y c’est vendredi.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s