La culture digitale du partage inspire-t-elle une résurgence de la pensée petite bourgeoise?

Partagée par Sylvain, la notion de social cooling inventée par Tijman Shep – penseur de la technologie – est assez fascinante.

Le social cooling est un phénomène qui désigne le fait de ne pas vouloir laisser trop de traces numériques de manière à ne pas se compromettre, a fortiori à l’heure où nos données sont – parfois – revendues à des acteurs tiers.

En réalité et de manière assez paradoxale, on manque de données sur la réalité de cette pratique. On ne connait pas dans quelle mesure les gens « font attention » à leurs traces numériques. Peu importe, les bonnes histoires n’ont souvent rien de rationnel.

Le social cooling inspire deux pensées :

  • La question des données personnelles et de l’usage qui peut en être fait suscite désormais les pires fantasmes, bien plus sophistiqués que la réalité des usages (même si certains journalistes jouent le jeu de la crainte). A croire que les citoyens inspirent les data brokers avec leurs idées noires.
  • Le social cooling est une ré-incarnation de la pensée petite bourgeoise consistant à ne pas trop partager d’information en présence d’inconnus, un peu comme on apprenait aux jeunes filles à ne pas réagir aux mots de galants. Comme le dit l’articleest-ce que cela nous ferait tant de mal un peu de retenue ?

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s