S’il vous plait : commencez vos présentations PowerPoint par la fin

Je ne suis pas sûr d’avoir déjà ressenti une telle sensation de dégoût vis-à-vis d’un théoricien du marketing. Les cercles de Simon Sinek sont de mon point de vue trop simples – pour ne pas dire simplistes – pour être honnêtes. Ca marche dans trop peu de situation pour être une vraie théorie transversale (la plupart des gens qui utilisent ces outils sont d’ailleurs généralement simplistes). Citer du Steve Jobs pour raconter une mauvaise théorie ne permet pas d’en améliorer les qualités intrinsèques.

Ceci dit, depuis quelques mois à bosser dans la ad tech, il faut bien reconnaitre que les golden circles de Simon Sinek feraient du bien à bien des présentations powerpoint.

Au-delà d’une structure de slide qui doit s’efforcer de suivre la règle fact – findings – so what (la dernière partie donnant envie de passer à la diapositives précédentes), la théorie de Sinek s’applique merveilleusement aux gens qui pensent pouvoir tenir en haleine leur auditoire avec 80 slides d’introduction avant d’arriver à l’idée qu’ils cherchent à vendre.

Les cercles de Sinek mettent sur le tapis un impératif courtois à l’heure où tout passe par PowerPoint : commencez vos présentations par la fin.

Si votre audience ne sait pas où vous voulez en venir vous êtes non seulement foutus, mais vous allez donner du mauvais temps aux gens qui sont censés vous écouter mais qui ont déjà tous plongés leurs yeux dans leur smartphone.

Soyez polis, commencez vos présentations par le why.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s