Das Sharing Kapital – économie de l’accès ou de la dépendance ?

Nous sommes dans l’économie de l’accès.
En tout cas, c’est ce qu’on prêche dans les directions stratégiques des grandes entreprises. Les exemples et bonnes pratiques ? Spotify, Autolib, Vélib, le cloud… On nous bassine avec le fait que les jeunes cherchent l’accès et non la propriété. Pourtant, cette économie de l’accès est davantage paupérisante ou devrais-je dire « dépendisante », une nouvelle forme de pauvreté aujourd’hui.
Dématérialisation et accélération de la centralisation des moyens d’accès.
A l’origine du web, les informations étaient disséminées sur les serveurs de chacun. On hébergeait son site perso, son domaine en free.fr. Puis le web a muté en Grand Minitel, comme l’explique si bien Benjamin Bayart.
Aujourd’hui, vos données sont sur les serveurs des GAFAM et des opérateurs. Et le cloud a encouragé cela. Toutes vos données mobile dans iCloud, vos documents sur Google Drive, vos e-mails… sont sur les serveurs d’une minorité de consortiums internationaux (mode conspirationnisme ON) qui possèdent une quantité de serveurs astronomiques.
Et c’est ce qui est en train de se passer avec votre vie offline. Vous louez votre appartement et ne possédez donc pas votre logement. L’accès à la propriété immobilière se réduisant comme peau de chagrin, on peut se dire que la propriété se concentre dans les mains d’une minorité qui ensuite « donne » (fournit) l’accès à une majorité : gestionnaires immobiliers, propriétaires fonciers… Tout comme lorsque vous jouez aux jeux vidéo, vos données et licences sont hébergées sur les serveurs de Sony et Microsoft, aujourd’hui, votre vélo et votre voiture sont « stockées » chez Autolib ou Vélib.
Imaginons que demain, la tendance actuelle se développe et qu’on se retrouve avec 30% du parc automobile français possédé par Autolib. Son pouvoir deviendrait écrasant et nous serions soumis à la moindre de ses décisions, hausse de prix, changement de ses conditions de vente… De même, si demain, Apple, Microsoft, Orange, YouTube, Twitter, Facebook… décidaient de fermer leurs services ou de tous nous faire payer 10 euros de plus par mois, que pourrions-nous réellement faire ?
Autant le XXème siècle avait été une période de réduction des inégalités en grande partie grâce à la propriété accessible (voiture, logement…), autant aujourd’hui, cette société «à la carte » redonne une puissance inégalée aux entreprises et individus qui possèdent le CAPITAL nécessaire à l’accès.
Regardons de qui vient le message « la valeur n’est plus dans la propriété, elle est dans l’accès » et vérifions qu’elle ne vient pas des plus grands propriétaires. Si je donne de la valeur à ce qui n’en a pas, je me pose en « créateur de la liberté ».
On peut même se dire qu’aujourd’hui, le modèle de flexibilité porté aux nues a pour conséquence que l’on ne possède plus d’emploi : tous freelance, tous entrepreneurs de nos vies. Pourtant la propriété et le CDI sont de + en + indispensables aujourd’hui. Pour avoir un prêt de la banque et acheter, bien sûr, mais même pour louer un simple studio.
L’analyse marxiste n’est pas si loin de nous et ce n’est pas Natixis qui va nous contredire.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s