Du balai les GRP : Field et Binet nous emmerdent

Ca fait plaisir à lire. Le dernier post de BBH sur les faiblesses de l’analyse – que certains n’hésitent pas à appeler la bible du GRP – de Les Binet et Peter Field (tout Byron Sharp tient dessus) épingle avec humour les deux chercheurs (ça change du torchon publié il y a quelques semaines)

Le grief soulevé par Harry Guild, rédacteur de l’article, c’est que l’analyse de Binet et Field repose sur un corpus de campagnes ayant prouvé leur efficacité, ce qui tend malheureusement à ne pas être représentatif de TOUTES les campagnes auxquelles sont exposé le public. De fait, l’analyse de Binet et Field est biaisée : ses enseignements ne concernent que les campagnes à succès. Quid de 90% de messages sans intérêt qui passent comme des trains dans la nuit? Bonne question.

Si on y rajoute le fait que l’analyse s’arrête à 2010, à l »époque où les investissements digitaux étaient 5 fois inférieurs, il convient de considérer l’analyse de Field et Binet pour ce qu’elle est : une somme de bonnes pratiques publicitaires classiques. Rien d’autre.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s