Obsédés par la pertinence, ils en oublient l’émergence

Article récent de Digiday partagé par Vincent sur les marques direct to consumer :

Soon, Brooklinen was spending up to 75 percent of its ad budget on Facebook. But Brooklinen and other DTC companies were pouring money into Facebook’s giant ad machine, lured by micro-targeting segments. Simple economics took over: Facebook ads became very expensive for DTC brands like Brooklinen, Thinx, Roman and Quip — all of which are now diversifying their spending to new channels, including fuddy-duddy outlets like out-of-home, terrestrial radio and even — heavens — print.

Nous sommes définitivement d’incroyables amnésiques.

Au nom de la mode, de la pertinence, de la digitalitude, les jeunes marques sont attirées par la publicité en ligne, offrant des opportunités de ciblage fin et des formats de plus en plus qualitatifs.

Digiday pointe la découverte tardive des vieux médias par les jeunes marques, et les résultats qu’ils engendrent sont positifs.

La culture de la publicité en ligne valorise les bonnes pratiques au détriment d’une dimension dont on ne parle plus en réunion : l’émergence. Oui bien sûr qu’il faut être pertinent en achetant du média là où les gens passent du temps, mais pas au détriment de la capacité d’une marque à être remarquée. Ca fait combien de temps que vous n’avez pas entendu parler de *territoire média* comme on parle encore (rarement) de *territoire de marque*?

N’importe quelle marque devrait préférer faire de la radio seule que du Facebook à dix. Du moins c’est ce que les agences devraient recommander.

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s