Qui a donné le feu vert pour transformer Linkedin en sanctuaire du malaise ?

Depuis quelques mois (je n’ose pas dire semaines mais je le pense un peu), un phénomène étrange a fait son apparition sur LinkedIN : les gens racontent leur vie.

Les 10 premières années de ce réseau social furent sans histoire : croissance continuelle, joli rachat par Microsoft, sanctuaire digital incontournable des CV pour chercher du job.

Est-ce par contamination des coquetteries de Twitter/Instagram/Facebook ? Est-ce un effet papillon de LinkedIN Pulse, l’outil de publication intégré à la plateforme depuis quelques années? Est-ce un effet de basculement du à la popularité du site? Est-ce une énième conséquence de l’influence anglo-saxonne sur notre culture professionnelle (on pense notamment à cette abominable tendance à commencer un billet par une anecdote futile) ? Nul le sait.

Quoi qu’il arrive les professionnels sur LinkedIN se font désormais mousser vénère.

A tel point que les premiers trolls font leur apparition, à l’image de l’excellent Walter Laouadi qui fait des retours d’expérience premier degré sa cible de prédilection.

Le storytelling Linkedin a pourtant quelque chose d’assez fascinant, voire touchant.

Il fait état des compétences faiblardes des professionnels pour raconter une histoire.

Il fait état de l’étroitesse d’esprit de pas mal de gens (non jeune blanc diplômé né à Saint-Cloud qui brûle l’argent public dans une startup pourrie, la vie n’est pas galère, tu ne t’es pas fait tout seul malgré la pesanteur de l’état Français dont tu maitrises étrangement tous les codes).

Il fait état d’une vérité qui apparait à mesure qu’on mûrit en entreprise : de trop nombreux professionnels arrêtent de produire et considère que raconter des histoires pour manager les équipes suffit (je ne sais pas qui leur a raconté cette histoire mais spoilet alert c’était un troll).

Il fait état d’un besoin de communication : ces appels au secours continus dénotent une incapacité de l’entreprise et du corps social à écouter les complaintes de cadres, leurs vies, leurs soucis. LinkedIN est une bouteille à la mer.

Le Monde a consacré un article (ci-dessous) amusé au phénomène.

Vous en pensez quoi ?

2 réflexions sur « Qui a donné le feu vert pour transformer Linkedin en sanctuaire du malaise ? »

  1. Bonjour. Je m’appelle Walter Laouadi. J’ai hérité de ce nom par mon père, qui lui même l’avait hérité de son père.

    J'aime

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s