Eat, code, propale. Repeat command. Repeat command. Repeat command.

Au bout d’un certain temps à bosser dans une boite, on prend des automatismes. On comprend ce que les gens demandent, on comprend ce que les gens attendent, on comprend la manière de produire de l’information qui va être comprise par ses collègues.

Il en va de même pour les sujets new biz. Comprendre les briefs, penser aux détails, écrire la proposition financière à tiroir, mobiliser la bonne équipe. Encore, encore et encore.

Dès lors, je ne peux pas cacher que j’ai un peu de mal avec les gens qui continuent à se plaindre, au bout de 10 appels d’offre, de devoir faire une énième propale financière à tiroir sans connaitre l’intégralité des tenants et aboutissants de la situation d’une marque prospecte.

C’est précisément l’intérêt de faire un appel d’offre que de comprendre la manière dont ses futurs prestataires pensent la stratégie, la création, la production, l’argent. Dans un appel d’offre tout est prétexte à essayer de comprendre ses prétendants, y compris en matière d’argent.

Donc on arrête de trainer la patte au sujet d’un exercice imposé, merci.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s