Retour sur la campagne Levi’s avec Mr Oizo

Il y a quelques jours, j’ai vu Au poste. En repensant à Dupieux j’ai repensé à Mr Oizo. En repensant à Mr Oizo j’ai repensé à la campagne Levi’s Sta Prest de 1999 (je ne me souviens de ces détails qu’après avoir investigué le sujet). Trois films.

Je voulais retrouver le brief. J’ai surligné les moments savoureux.

Il y a donc d’abord le choix de mettre en scène le produit Levi’s le plus opposé intellectuellement au 501, symbole du vieux beauf. Jeremy Clarkson. Il y a ensuite le choix de ne pas s’associer à une culture émergente forte, donc de créer un univers en partant de rien. Ensuite le brief est à chier. Et le pitch de l’idée créative est à chier. Exécution exceptionnelle.

Que s’est-il passé ?

1.Le génie de communiquer sur cette gamme produit hyper bizarre. Un peu comme si Citroën se relançait en misant tout sur la Mehari électrique.

2.Le partenaire de production qui fait décoller une exé. Un peu comme quand tu mets les Chemical Brothers dans ton film Air France. Ou que tu embauches Guy Ritchie pour ton film Nike. Ou que Jean-Paul Goude shoote ta campagne.

3.L’intelligence de l’agence de choisir de surjouer le traitement cool ce sujet. Au détriment du propos. C’est juste une exé, une attitude. Sans texte.

Au final, l’effet produit relève de l’accident. Quelque chose de jamais vu. De frais. D’étonnant. Improbable. Bref, la créativité c’est aussi casser la routine. C’est surtout casser la routine.

Bref, voici le cas.

1 réflexion sur « Retour sur la campagne Levi’s avec Mr Oizo »

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s