Ecrire des slides, c’est comme chasser des papillons

A force d’empiler les appels d’offre, les RFI, les chemistry meetings et autres soutenances, on finit par acquérir une forme *d’expérience de la présentation*.

Un des sixièmes sens des plus étranges glané au fil des diapositives, c’est l’identification des informations à valeur dans un PowerPoint.

Plus ça va et plus les informations qui vont faire mouche semblent être différentes de ce que j’imaginais initialement, c’est troublant, dans le bon et le mauvais sens.

Qu’est ce qui va parler au client/prospect? Lui décocher une flèche dans le coeur? Le cerveau? Le portefeuille? Quel mot, image, phrase, idée, va différencier notre proposition des agences/prestataires concurrents?

Plus ça va et plus les informations qui font mouche s’identifient, s’apprivoisent, se domptent, se laissent monter. 

Plus ça va et plus ces informations sont simples, évidentes, sous notre nez.

La beauté d’une présentation, c’est révéler une évidence qu’on ne pourra plus jamais ignorer après vos slides.

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s