La genèse du centre Pompidou nous rappelle que le populisme est une arme neutre

J’ai adoré l’analyse par Amanda Levete du génie de l’architecture du centre Pompidou publié dans le supplément de The Economist. Il n’est pas aisé de déceler les idées sous-jacente aux bâtiments, même si elles procèdent de la même mécanique que n’importe quel objet ayant hébergé une phase de conception.

Mini rappel : la particularité du bâtiment de Renzo Piano, c’est d’être à l’envers, ie. sa tuyauterie est plus que visible, elle est le premier identifiant du lieu. La première explication de ce choix, c’est le *retournement* socioculturel – on dirait révolutionnaire si ce terme n’était pas aussi connoté – de mai 68 et l’avènement de la jeunesse comme corps influent catalysée par l’idée de modernité.

Voici d’autres sublimes explications :

They created a structure that was anti-monumental and democratic, one that didn’t look imposing or institutional. The Pompidou Centre literally turned the world of architecture upside down and inside out. The services, structure and circulation, typically hidden deep inside a building, were instead revealed on the outside in bright colours in an architectural language of emancipation.

As a cultural centre, it was just as revolutionary. It didn’t make any demands on you as a visitor; it didn’t expect you to behave in a certain way – whether you went to the museum or the library, ate in the café or hung out with friends, all were equally valid ways of spending your time there. You didn’t even have to go inside – riding the escalators that run up the outside of the building was exhilarating enough for some.

Above all, it created a feeling that it belonged to everyone. The vast, sloping piazza in front of the museum was a potent response to the riots of 1968, merging the social with the populist with the cultural.

Très gros amour pour ce dernier paragraphe. Je n’avais jamais pensé au sens de l’esplanade pentue devant le centre Pompidou, qui signifie simplement que tout le monde est invité à *marcher vers la culture*.

Sans verser dans la nostalgie – une valeur exécrée par NLQ – ce *populisme* nous rappelle que la culture peut aussi jouer de ce phénomène, essentiellement instrumentalisé de nos jours par des réactionnaires. Ce n’est pas le populisme qui doit être condamné mais les arriérés qui l’utilisent en ce moment.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s