Faut-il maintenir la convention collective quand les usages la rendent caduque?

Je ne sais plus quoi penser de l’anonymat en ligne.

Si la ligue du lol a montré qu’on pouvait harceler à découvert, la plupart des cas de harcèlement arrivent sous pseudonyme. Quand on sait par ailleurs que ces pseudonymes peuvent être tantôt opérés par des quidams comme par des instances supérieurement décidées à nuire à l’ordre public (cf. la fachosphère ou des groupes de trolls tels que 4chan il y a quelques années ou le forum 18-25 de jeuxvideo.com aujourd’hui), il y a de quoi s’interroger.

Au-delà des racines philosophiques libertaires issues de la Silicon Valley, l’anonymat trouve sa justification dans plusieurs facteurs :

  • la protection de la vie privée (personne ne semble encore avoir compris que les données nominales n’ont pas la moindre valeur en marketing, notamment grâce à l’excellent travail mené par la CNIL),
  • la liberté d’expression,
  • le coût économique de la levée de l’anonymat pour les petits acteurs du net (imaginez s’il fallait équiper tous les sites et blogs d’un système de log in pour laisser un commentaire)
  • le problème n’est pas l’anonymat mais le manque d’éducation des citoyens qui leur permet de devenir stupides
  • l’anonymat permet de protéger des victimes potentielles qui ont la possibilité de se planquer.
  • il donne la parole à des groupes qui n’osent pas se faire entendre

Comme le rappelle un chercheur du CNRS :

[l’anonymat] libère la parole de groupes marginalisés qui sans l’anonymat ou le pseudonymat seraient enclins à s’autocensurer. De ce point de vue, mettre fin à l’anonymat serait donc contre-productif, en plus d’être attentatoire aux libertés publiques. »

Ceux qui me connaissent savent ma non-obsession pour le concept de liberté, que je place avec l’égalité au second rang des valeurs de la République, loin derrière la fraternité (la sociologie nous dit les limites de la liberté et de l’inégalité qui sont des valeurs qui favorisent la reproduction sociale, donc le conservatisme).

Aujourd’hui, certains groupes qui s’auto-censureraient sans anonymat gagneraient peut-être à s’auto censurer. Aujourd’hui l’anonymat a créé la fachosphère, a créé les fake news, a créé Cambridge Analytica.

En soi l’anonymat est neutre. Le problème c’est la vie ne se passe in vitro mais in vivo. La réalité est triste : l’anonymat est instrumentalisé par le côté obscur de la force.

Quand on dézoome un instant et qu’on constate la montée des populismes dans le monde, je ne suis pas certain qu’Internet n’ait pas sa part de responsabilité.

Il y a bien des cas où l’anonymat est une chance, notamment pour ces fameux groupes marginalisés, lorsqu’ils souhaitent échanger ou se mobiliser. #MeToo ou #BalanceTonPorc n’aurait probablement pas existé sans anonymat. Il en va de même avec les questions de genre pour ceux qui ne se sentent pas cocher les cases tradi.

Mais bon au final,je me demande si l’anonymat ne fait pas plus de mal que de bien. L’anonymat c’est le harcèlement, c’est Breibart, c’est l’infausse.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s