Avec le digital, une marque a tout à perdre. Avec la publicité, elle a tout à gagner.

Réfléchissant à l’évolution de la marque à l’ère du digitale, certains considèrent que la marque doit impérativement étendre son territoire à l’internet, notamment du point de vue de l’expérience client : « il n’y a aucune raison que le site web d’Auchan ne porte pas les mêmes couleurs et ne défendent pas les mêmes valeurs que sa communication publicitaire ou ses points de vente ».

Pourtant, le numérique a créé de fortes attentes chez les consommateurs : livrer gratuitement en temps réel, répondre immédiatement sur les réseaux sociaux, rembourser en cas de pépin… La nouvelle économie, faussée par des startups finançant à perte des dispositifs de SAV délirants, a transformé les consommateurs en démons d’exigence.

Aussi, quand la question des arbitrages marketing entre la publicité classique et le numérique « serviciel » se pose, on devrait toujours se demandant ce que son marketing a à perdre ou à gagner.

Avec le web, il n’y a globalement rien d’autre à gagner que quelques ventes additionnelles et énormément d’emmerdes en SAV. Au final, à moins d’y dédier des ressources monumentales, ça ne peut qu’endommager une marque.

Avec la publicité, on ne peut globalement pas faire de mal à une marque et il n’y a globalement rien à perdre dans la mesure où le moindre euro investi sur TF1 génère des ventes.

Quand Mark Prichard pousse des gueulantes vis à vis du digital je le comprends. Ses équipes dépense un fric monumental chez des concurrents qui leur veulent du mal tout en dégradant leur circuit de distribution traditionnel.

Dans l’économie numérique, les marques se jettent dans le grain bain, face aux GAFA, contre lesquels elles n’ont aucune chance (même Walmart se fait casser la gueule).

Dans la publicité, elles maitrisent leur environnement et ont tout le loisir de faire passer des messages, dans des plages aménagées.

En matière de numérique, la première et unique règle c’est go big or go home. La seconde, c’est que la publicité n’a pas arrêtée de fonctionner avec le digital, au contraire, elle en finance 90% des modèles économiques.

Parfois, il vaut peut être mieux cultiver sa marque en haut de funnel plutôt que d’aller se faire tabasser sur le terrain des brutes d’internet.

1 réflexion sur « Avec le digital, une marque a tout à perdre. Avec la publicité, elle a tout à gagner. »

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s