Plus d’état ou moins d’état ? L’absurdité des oppositions vis-à-vis de la loi Avia

Je ne suis pas juriste mais je suis internaute. Comme vous, je suis inquiet de l’avalanche de haine, de méchanceté, de polémique qui pullulent sur les réseaux sociaux (rappelons que les algorithmes favorisent la polarisation, donc le clash, donc la haine), sans que ce phénomène semble se tarir.

C’est à ce titre que je soutiens activement le projet de loi Avia, visant à accélérer la régulation des propos tenus sur les réseaux sociaux. Je n’ai aucun problème à ce qu’un état réclame aux entreprises qui opèrent dans son territoire qu’elles y respectent les lois. Ce doit être vrai pour le commerce, pour la diplomatie, pour la loi.

Non seulement je soutiens mais j’admire un Etat qui fait ce qu’il peut pour affronter la puissance économique des GAFAM. Je suis en rupture de ban intellectuel avec les partis politiques (de gauche comme de droite, décidément de plus en plus souvent alliés, histoire de continuer à creuser leur tombe tout en accusant Macron de les corneriser) qui combat cette loi, au nom de la capacité des GAFAM à imposer une censure.

Je ne comprends pas comment des partis républicains peuvent combattre un projet visant à protéger les plus faibles. Il s’agit simplement d’exiger des GAFAM qu’ils appliquent fermement les lois françaises.

Voici la liste des contenus qui pourront être signalés :

  • des messages incitant à commettre des actes terroristes ;
  • des messages faisant l’apologie du terrorisme, des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité ;
  • des messages injurieux, incitant à haïr, à discriminer ou à commettre des violences sur des personnes en fonction de leur sexe, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre, de leur handicap, de leur ethnie, de leur nationalité, de leur « race » ou de leur religion ;
  • des messages constitutifs de harcèlement sexuel ;
  • des messages relevant du proxénétisme ou de la traite des êtres humains ;
  • des contenus pédopornographiques ;

Tout cela devrait d’ores et déjà être activement proscrit.

Même EnjoyPhoenix trouve le projet trop souple.

Côté marketing, les marques doivent également être vigilantes à ne pas financer les plateformes qui sponsorisent la haine.

Qu'en penses-tu?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s