Réapprendre à écrire sans penser aux interactions

Depuis 15 jours, j’ai arrêté Twitter et les effets secondaires sont étonnants.

Le premier, c’est de continuer à avoir des idées de tweets, en permanence. Un peu comme les amputés qui dont la non-jambe les démange, c’est étonnant.

Le deuxième est consécutif, c’est de continuer à avoir des idées de tweets ou de contenus calibrées pour l’interaction. On peut se dire ce qu’on veut sur les likes et les fav et les RT mais j’ai été drogué aux interactions. Je n’étais pas triste quand je n’en recevais pas mais j’étais heureux quand j’en recevais. Aussi, inconsciemment, on se met à imaginer des idées de tweets prompts à générer de l’interaction.

Pire, on se met à associer la qualité de notre production à sa capacité à générer de l’interaction. Et incidemment, on se met à penser comme Patrick Le Lay : du cul, du clash, du polémique. Les sujets ennuyeux génèrent peu d’interactions, les sujets racoleurs en génèrent des tonnes. Pour l’ex-camé de Twitter que je suis, le choix était vite fait. Twitter m’a rendu méchant, accusateur, mesquin.

Finalement, alors que je continue à produire des points de vue sur ce blog (même si les blogs ne génèrent plus beaucoup d’interaction), il est étonnant d’écrire sans chercher à produire des interactions. C’est une rééducation.

1 thought on “Réapprendre à écrire sans penser aux interactions”

Qu'en penses-tu?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s